600 élus et habitants manifestent pour défendre une intercommunalité à l'échelle du bassin de vie de Pont-de-Beauvoisin, entre Isère et Savoie

© Xavier Schmitt
© Xavier Schmitt

La Gazette des Communes les a récemment baptisés "les Roméo et Juliette" de l'intercommunalité. Habitants et élus du secteur du Pont-de-Beauvoisin (Savoie) et de Pont-de-Beauvoisin (Isère) veulent se marier, mais la préfecture de l'Isère fait la sourde oreille. Du coup, ils ont manifesté en nombre. 

Par Franck Grassaud

Comme en mars dernier, et comme rien ne bouge, habitants des "Vallons du Guiers" (Isère) et du "Val Guiers/Aiguebelette" (Savoie) ont porté leur désenchantement dans les rues de Pont-de-Beauvoisin, ce samedi 30 mars. Partis de la marie du "Pont" savoyard, ils ont rallié le "Pont" isérois, comme un symbole de leur proximité. Un pont sépare les deux communes, un pont sépare les deux départements. Mais le bassin de vie est le même. 30.000 habitants qui pourraient se retrouver pour former une seule et même intercommunalité. 80% des élus ont voté pour. Les Commissions Départementales de la Coopération Intercommunale ont aussi validé ce choix à une large majorité. Mais du côté du représentant de l'Etat en Isère, on semble ne rien vouloir entendre. 

Un élu évoque une "Démocratie bafouée". "Non seulement cette décision est incohérente mais sa légalité est douteuse, car si nul n'est censé ignorer la Loi, le Préfet de l'Isère a méconnu l'article L 5211-41-3-3 du Code général des collectivités territoriales que chacun peut comprendre: 'Lorsqu'un projet intéresse des communes ou des établissements publics de coopération intercommunale appartenant à des départements différents, les commissions concernées se réunissent en formation interdépartementale.'"

Reportage Xavier Schmitt et Frédéric Pasquette
Manif aux Pont-de-Beauvoisin
Intervenants: Raymond Ferraud, maire du Pont-de-Beauvoisin (Savoie); Eric Philippe, élu de la communauté de communes Vallons du Guiers (Isère); Daniel Peyssonnerie, chef d'entreprise

Un rendez-vous au ministère

"C'est une situation ubuesque qui ternit l'image de la puissance publique", lance un maire. En attendant une réunion prévue le 12 mai au Ministère de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, une pétition est en ligne pour demander aux Préfets "de respecter la Loi et de convoquer une commission interdépartementale de coopération intercommunale". Elle a déjà réuni 350 signataires. 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Ain: Annulation du Ragnard Rock Festival

Près de chez vous

Les + Lus