Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Accident de Schumacher: “Tout ce qui n'est pas la piste est hors-piste”, rappelle Domaines Skiables de France

Le délégué général de "Domaines Skiables de France" / © France 3 Alpes
Le délégué général de "Domaines Skiables de France" / © France 3 Alpes

8 jours après l'accident de Michael Schumacher, le débat sur la responsabilité de la station redouble. Avait-elle fait suffisamment pour signaler le danger de la zone où l'ex-pilote a chuté? La station ne répond plus aux questions mais "Domaines Skiables de France" assure indirectement sa défense. 

Par Franck Grassaud

Lundi 6 janvier, invité du 12/13 de France 3 Alpes, Laurent Reynaud de Domaines Skiables de France a rappelé quelques évidences pour défendre la station de Méribel (même si officiellement le délégué général ne souhaitait pas commenter l'affaire). "Tout ce qui n'est pas sur la piste est hors-piste", a-t-il lancé, comme une évidence, alors que le secteur où le champion est tombé est une bande située entre deux pistes.

Pour lui, même s'il s'agit d'une zone de proximité, il s'agit bien d'une zone hors-piste. "Je crois que quand les skieurs sont sur un domaine skiable, ils savent très bien s'ils se trouvent sur la piste ou s'ils ne s'y trouvent pas (...) Sur piste on a un certain nombre de prestations", ce qui n'est pas le cas... en hors-piste. Une réflexion qui tombe au lendemain de la prise de parole d'un avocat grenoblois qui pointe du doigt la responsabilité de Méribel dans l'affaire Schumacher.

Interview Laurent Reynaud, Domaines skiables de France


A Méribel, des jalons ont bien été posés pour signaler cette zone d'où affleuraient des rochers. Un secteur connu pour ses dangers, aux dires des habitués dont fait partie Michael Schumacher.

Méribel 8 jours après l'accident de Schumacher


La direction de l'enquête bientôt dévoilée


Le parquet et les gendarmes qui enquêtent sur l'accident de ski du coureur automobile ont annoncé qu'ils tiendraient une conférence de presse mercredi. Elle doit porter sur l'état d'avancement de la procédure.

Les enquêteurs ont mis la main vendredi sur la caméra GoPro fixée sur le casque de Schumacher au moment de l'accident, mais sans qu'on sache si elle était activée au moment de l'accident, ni si les éventuelles images sont exploitables.

L'enquête est menée par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Bourg-Saint-Maurice et les gendarmes de Méribel. Les suites judiciaires éventuelles dépendront de leurs conclusions sur les circonstances de la chute. Avec notamment pour enjeu le versement éventuel de dommages et intérêts, qui peuvent s'avérer conséquents dans le cas d'une personnalité telle que Michael Schumacher.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LE DAKAR 2017 SUR FRANCETV SPORT

REPLAY. Revoir la championne paralympique Marie Bochet invitée des "Alpes sur un Plateau"

Près de chez vous

Les + Lus