À Cognin (Savoie), des confitures solidaires pour lutter contre le gaspillage dans les grandes surfaces

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

C'est un cercle vertueux : des salariés en insertion passent chercher des fruits et légumes trop mûrs dans la banlieue de Chambéry, en Savoie, et les transforment en confitures ou en sauces qui reviennent chez leurs partenaires.

Par Quentin Vasseur

Quand les fruits oubliés sur les étals reviennent sous forme de conserve... Depuis sa création, en novembre, "J'aime Boc'Oh" lutte à sa manière contre le gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces.

Ses employés collectent les denrées dans les supermarchés partenaires. Des fruits et légumes mûrs mais encore comestibles, qui risquaient de finir à la poubelle, et qui deviennent des confitures ou des sauces en conserve.


"De lundi à jeudi, je fais la tournée, au Super U de la Motte Servolex, à la Banque alimentaire et après au Super U de Cognin" explique Paolo Bunga. Paolo est en insertion, comme trois autres salariés dans cette conserverie solidaire.

Reportage de Céline Aubert et Vincent Habran
À Cognin (Savoie), des confitures solidaires pour lutter contre le gaspillage
Intervenants: Paolo Bunga, Salarié en insertion; Pierre-André Martin , Responsable technique de production "J'AIME BOC'OH"; Baptiste Bourdeau, Fondateur et coordinateur de "J'AIME BOC'OH"; Diane Diakhaby, Salariée en insertion - Céline Aubert et Vincent Habran

Le fondateur et coordinateur de "J'aime Boc'Oh" Baptiste Bourdeau a rapidement eu l'idée de faire travailler des personnes en insertion. "Chacun apporte vraiment du sien, de son pays, de son parcours et ça créée une dynamique collective très riche", s'enthousiasme-t-il.
© Céline Aubert-Egret / France 3
© Céline Aubert-Egret / France 3

Tagada banana et Poires du Papa Noël

Une dynamique qui mène vers la "créativité", puisque de nombreuses recettes viennent des employés eux-mêmes : "La confiture de Filou, qui a été créée par Philippe, c'est orange banane. Il y a le délice de Diane, c'est pomme raisin."

La conserverie compte déjà une vingtaine de recettes, réalisée en fonction des arrivées. Du "Tagada banana" aux "Poires du Papa Noël", tout est cuisiné à l'atelier-boutique. Les bocaux sont aussi vendus dans les grandes surfaces partenaires. Une démarche citoyenne et solidaire pour inciter les enseignes à donner plutôt qu'à jeter, comme le veut la loi depuis un an.


 

Sur le même sujet

Fermeture anticipée de la station du Col d'Ornon

Près de chez vous

Les + Lus