Le photographe plasticien Georges Rousse s'installe dans l'ancien hôpital de Chambéry, en Savoie

L'artiste et photographe Georges Rousse a investi le hall d'accueil de l'ancien hôpital.
L'artiste et photographe Georges Rousse a investi le hall d'accueil de l'ancien hôpital.

Le photographe et plasticien Georges Rousse a investi l'ancien hôpital de Chambéry, dont la démolition est prévue à la mi-avril. L'artiste met en place une œuvre en anamorphose dans le hall d'accueil.

Par Quentin Vasseur

C'est une œuvre éphémère qui s'installe en ce moment dans l'ancien hôpital de Chambéry. Dans quelques semaines, la ville savoyarde tournera une page de son histoire en détruisant ce bâtiment vieux de 40 ans. En attendant, l'ancien établissement ouvre ses portes aux artistes et le photographe Georges Rousse a investi le lieu pour y réaliser un collage monumental.

"On sent qu'il y a eu de la vie, des émotions, du travail, et nous en arrivant dans cet endroit, on vient se le réapproprier" explique Julie Rousse, la fille et l'assistante du photographe. 

Reportage de Bernard Portugal, Frédéric Pasquette et Mélanie Ducret
Le photographe plasticien Georges Rousse investit l'ancien hôpital de Chambéry
Intervenants: Julie Rousse, Assistante de Georges Rousse ; Damien Blanchard, Chargé de projet Culturel du centre hospitalier Métropole Savoie ; Frédérique Martinengo, Collaboratrice de Georges Rousse - Bernard Portugal, Frédéric Pasquette et Mélanie Ducret

Voilà huit jours que l'artiste et sa fille ont investi ce hall d'accueil pour en faire, avant sa destruction, un lieu de vie et de création.

Une transition entre les deux hôpitaux

"C'est une super manière de créer une mémoire et de créer une transition entre ce nouvel hopital et cet ancien" se réjouit Damien Blanchard, chargé de projet culturel du centre hospitalier Métropole Savoie, pour qui "l'avenir ne se trouve plus ici mais il se trouve à côté, dans le nouvel établissement."

Photographe et plasticien, Georges Rousse travaille sur l'anamorphose : en jouant sur les perspectives et la géométrie de l'espace, il crée une illusion que l'on ne discerne que depuis un seul point de vue.

L'installation sera visible pendant six semaines à partir de la mi-février... Le site, lui, sera démoli à partir du mois d'avril.

Sur le même sujet

Situation alarmante au glacier d'Argentière

Près de chez vous

Les + Lus