Déjà 3 ans que la Savoyarde Anne-Cécile Pinel a disparu en Croatie

Anne-Cécile Pinel, en 2014 / © France 3 Alpes
Anne-Cécile Pinel, en 2014 / © France 3 Alpes

Il y a 3 ans, le 21 juillet 2014, alors qu'elle se trouvait à un festival de musique en Croatie, la Savoyarde Anne-Cécile Pinel disparaissait sans laisser de trace. Depuis, les enquêtes sont au point mort, mais ses proches continuent de se mobiliser pour connaitre enfin la vérité. 

Par Laurianne Callon

C'était le 21 juillet 2014. Anne-Cécile Pinel, une jeune Savoyarde de 23 ans, se trouve en Croatie pour un festival de musique. Depuis début juillet, elle sillonne l'Europe à bord d'un van, en compagnie d'une amie. Ce fameux matin du 21 juillet, Anne-Cécile s'absente. Depuis, elle n'a plus donné signe de vie.  

Depuis l'automne dernier, une personne ressemblant à Anne-Cécile aurait été aperçue à plusieurs reprises. Mais à chaque fois, les enquêteurs et les parents sont arrivés trop tard sur les lieux. "Si par le plus grand des hasards, quelqu'un apercevait cette personne, joignez-nous très rapidement sur la messagerie de l'association : aarac73@gmail.com", demande Michel Pinel, le père d'Anne-Cécile et joint par téléphone ce matin.

Le point sur les enquêtes en Croatie et en France

Malgré des informations judiciaires ouvertes pour "disparition inquiétante" en France et en Croatie, tout est au point mort. Michel Pinel sait " qu'en Croatie, l'enquête ne se fermera pas. Tous les trimestres, ils ont l'obligation de faire de nouvelles vérifications. La police interroge les chasseurs, les pêcheurs et les cueilleurs de champignons afin de savoir si des restes de corps humain n'ont pas été découverts... "

De son côté, l'ambassadeur français en Croatie a assuré aux parents d'Anne-Cécile de sa vigilance, et notamment vis-à-vis des réseaux mafieux. Cependant, aucun élément précis ne pourra leur être transmis au risque de compromettre des enquêtes en cours. 
 

I​l faut se battre contre l'institution pour faire avancer les choses
 

Concernant l'enquête en France: "Si on ne demande rien, il ne se passe rien. Il faut se battre contre l'institution pour faire avancer les choses. Nous en sommes au deuxième juge et le cas d'Anne-Cécile n'a pas l'air de l'intéresser tant que ça. Je sais juste qu'il y a eu des échanges entre la Croatie et la France en mars dernier", ajoute Michel Pinel.

Les parents d'Anne-Cécile ont également demandé à ce que des nouvelles analyses soient effectuées sur des éléments déjà analysés, mais dont les conclusions ne se sont pas révélées satisfaisantes. Depuis, ils attendent une réponse...

Nous ne la lâcherons jamais

Mais pour Olivia, une amie de lycée d'Anne-Cécile, hors de question de subir cette attente : "Nous ne la lâcherons jamais, et nous nous battrons tant que nous n'aurons pas de réponses. C'est juste terrible de ne pas savoir, de ne pas savoir où elle est, si elle est encore vivante ou non. Et de se dire qu'elle devient potentiellement un "fait divers en plus". En tous les cas moi je resterai aux côtés de ses parents le temps qu'il faudra!"

Une association a été créée afin de continuer à attirer l'attention du public, ainsi qu'une page Facebook. Chacun est le bienvenu pour aider : "J'ai une demande particulière à ceux qui partiraient en vacances : n'hésitez pas à prendre des affiches, et à en installer dans quelques lieux, peu importe où, et surtout d'ouvrir l'oeil... Ne sait-on jamais !", espère Olivia. 

L'espoir... C'est ce qui permet à tous les proches d'Anne-Cécile de tenir. Espérons que cette 3ème année sans nouvelles soit la dernière, et qu'Anne-Cécile retourne enfin auprès des siens. 
 

© AARAC
© AARAC

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mélenchon à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus