Des détenus tournent un clip de rap dans une prison de Savoie, une enquête est ouverte

Un clip de rap tourné comme à la maison, avec grosse musique, buffet et scènes de fête, mis en ligne sur Internet. Pourquoi pas, si cela ne se passait pas en prison!
C'est pourtant ce que l'on peut voir dans une vidéo mise en ligne ce lundi 7 août à la prison d'Aiton, en Savoie. 

Les prisonniers "rappeurs" de la prison d'Aiton en Savoie
Les prisonniers "rappeurs" de la prison d'Aiton en Savoie © France 3 Alpes
Le clip rassemble déjà plus de 36 000 vues sur YouTube... Le buzz est là, même s'il est "bad".

La vidéo est signée Bibicraveur, un rappeur grenoblois habitué des tournages clandestins en cellule, et ce n'est pas la première vidéo qu'il tourne dans ces murs sauf que celle-ci est diffusée depuis deux jours en toute impunité. Elle rassemble une quinzaine de détenus à visages découverts réunis dans la coursive de l'établissement pénitentiaire d'Aiton en Savoie autour d'un buffet.

Le tour est joué pour ces détenus qui comptaient bien se faire remarquer... mais la question de la surveillance et de la gestion des établissements pénitentiaires est une fois de plus à la Une.

Pas de surveillant, des téléphones portables qu circulent librement, la violation de la loi est clairement assumée. Le procureur de la république d'Albertville a ouvert une enquête préliminaire. Les peines encourues pour la remise et le recel d'un téléphone portable dans un établissement pénitentiaire s'élèvent à 5 ans d'emprisonnement. 

L'administration pénitentiaire a, quant à elle, ouvert une enquête en interne. Des retraits de réductions de peine sont envisagés et 14 jours de quartier disciplinaire pour ces rappeurs qui continuent de se délecter du nombre de vues... Et oui, la vidéo est toujours en ligne! 

durée de la vidéo: 02 min 04
Un "clip" de rap tourné en prison



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers prison justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter