Deux députés de Savoie s'inquiètent d'une possible désertification médicale

®G. Rivollier France 3 Auvergne
®G. Rivollier France 3 Auvergne

Deux députés (LR) de Savoie, Emilie Bonnivard et Vincent Rolland, sont inquiets quant à une possible désertification médicale dans le département. Ils viennent d'écrire à Agnès Buzin, Ministre de la Santé, afin de l'interpeller sur le sujet. 

Par LC avec communiqué

Ce mardi 18 juillet 2017, Emilie Bonnivard et Vincent Rolland, deux députés LR de Savoie, ont sollicité la Ministre de la Santé sur les risques de désertification médicale en Savoie. 

Dans leur courrier, il rappelle qu'en Savoie en 2016, pour 24 départs en retraite, seulement 6 médecins se sont installés. Les députés s'inquiètent des déficits en couverture de soins sur le département qui risquent de s'accentuer encore dans les prochaines années, notamment dans certains secteurs comme la Maurienne, où sur 27 médecins actuellement en exercice, 13 ont plus de 61 ans. C'est donc 50% des médecins généralistes qui partiront en retraite au cours des 5 prochaines années.

Ils poursuivent en regrettant que la Savoie puisse ne plus être considérée par l'Etat dans les prochains mois comme territoire en tension, en raison de méthodes de calcul qui ne tiennent pas compte des spécificités propres à ce département de montagne et touristique. Il y aurait partout en Savoie, selon l'Etat, suffisamment de médecins pour la population permanente. 

Il semblerait que les calculs n'intègrent pas la population touristique dans le nombre de patients et de consultations par médecin. Selon les députés, la population savoyarde triple en hiver et les médecins de montagne, dont l'activité est différente de soins uniquement généralistes (traumatologie), exercent parfois de manière temporaire.

La non reconnaissance de ces spécificités aurait pour conséquence d'exclure la Savoie des dispositifs incitatifs destinés à favoriser l'installation de jeunes médecins, ce qui, eu égard aux difficultés déjà rencontrées par certains territoires ruraux sous-dotés, serait une véritable injustice territoriale et accentuerait les disparités d'accès aux soins pour la population.

Les parlementaires ont demandé que les calculs conduisant à la création de cette cartographie soient revus et intègrent les spécificités "montagne".

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Commémoration 11 novembre lycée Champollion de Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus