Protecting Ice Memory : direction la Bolivie !

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Les glaciers fondent faisant disparaître des témoins de l'histoire de notre planète. C'est dans cette optique qu'a été lancée le projet "Protecting Ice Memory". Après le Mont-Blanc, c'est en Bolivie que l'équipe veut se rendre. Pour cela, elle a lancé une campagne de financement participatif

Par Cyrielle Cabot


En août 2016, une équipe de scientifiques français, italiens et russes, soutenue par l'Université Grenoble Alpes, le CNRS et l'Université Ca'Foscari de Venise se rend par trois fois au Col du Dôme, au Mont-Blanc. Leur objectif : effectuer trois forages différents et prélever des "carottes glaciaires" pour sauvegarder une glace riche en savoir. 

Car pour qui veut étudier le climat des siècles et des millénaires passés, la "mémoire de la glace" est un sujet d'étude extraordinaire. L'air emprisonné dans les bulles en profondeur, les microbes et insectes qui y sont emprisonnés font de la glace du Mont-Blanc une source inépuisable de connaissances et de recherches pour les scientifiques. Malheureusement cette glace fond et c'est pour la préserver qu'a été lancée la mission "Protecting Ice Memory" .

Certains échantillons ont ensuite été envoyés à Grenoble, où ils resteront pour être étudiés. Quant aux autres, ils seront envoyés en Antarctique, dans la base franco-italienne de Concordia.

"Chers collègues et amis de demain et des siècles prochains. Voilà les glaces du Mont Blanc avec leurs secrets que l'on n'a pas encore percés. Nous vous les offrons à travers les générations. Soyez certains de notre confiance en vous. Faites en bon usage", écrivaient ainsi les dix scientifiques de la mission en livrant leurs carottes glaciaires.


Prochaine étape : les Andes boliviennes


Mais ces trois échantillons ne sont que le début d'un chantier bien plus important. La mission "Protecting Ice Memory" ne compte pas s'arrêter au Mont-Blanc mais s'étendre à tous les glaciers menacés et constituer ainsi une bibliothèque mondiale d'archives glaciaires. 

Prochaine étape : la Bolivie et le glacier Ilimani, à 6 300 mètres d’altitude au printemps 2017. Les carottes glaciaires forées là bas permettraient de retracer près de 18 000 ans d'histoire climatique et environnementale des Andes. 

Comme le Mont-Blanc, le glacier d'Ilimani est particulièrement menacé par le réchauffement climatique. Les températures pourraient atteindre +5,5°C d’ici 2100 selon certains scénarios.

Aidez à financer la recherche


Les instituts de recherche et le mécénat financent l'essentiel du budget  :3 millions d'euros. Pour le compléter, un appel au financement participatif a été lancé. 

Les premiers 10 000 € serviront à l'acquisition de dômes techniques servant au forage, ainsi qu'aux tentes des 12 scientifiques qui vont rester sur le glacier pendant quatre semaines. Le transport de chaque carotte de glace de Bolivie en France nécessitera 10 000 € supplémentaires.

Chaque tranche de 10 000 € supplémentaire permettra d'acheminer les deuxième et troisième carottes de glace.

Voir le reportage de Xavier Schmitt, Vincent Habran, Christelle Durand et Sophie Villatte avec :
  • Nicolas Caillon, glaciologue CNRS/Université Grenoble Alpes
  • Jérôme Chappellaz, coordinateur du projet Ice Memory
  • Anne-Catherine Ohlmann, directrice de la Fondation Université Grenoble Alpes
Protecting Ice Memory : direction la Bolivie !
Voir le reportage de Xavier Schmitt, Vincent Habran, Christelle Durand et Sophie Villatte avec : Nicolas Caillon, glaciologue CNRS/Université Grenoble Alpes Jérôme Chappellaz, coordinateur du projet Ice Memory Anne-Catherine Ohlmann, directrice de la Fondation Université Grenoble Alpes - Xavier Schmitt, Vincent Habran, Christelle Durand et Sophie Villatte

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tour de France

Près de chez vous

Les + Lus