VIDEOS. Il y a un an, Kévin et Sofiane étaient tués à Échirolles

Après la mort de Kevin et Sofiane, tout un quartier se rassemble pour leur rendre hommage. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Après la mort de Kevin et Sofiane, tout un quartier se rassemble pour leur rendre hommage. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Vendredi 28 septembre 2012, deux jeunes perdaient la vie à Échirolles après un violent passage à tabac par d'autres jeunes de la cité voisine de La Villeneuve, à Grenoble. Depuis, sur les 13 personnes soupçonnées d'être impliquées dans la rixe, 12 ont été écrouées. Rappel des faits.

Par Sarah Rebouh

Le fait divers avait ému toute une ville. Sofiane, étudiant, et Kévin, éducateur, ont perdu la vie le 28 septembre 2012, dans le parc Maurice Thorez situé au coeur du quartier des Granges, à Échirolles. Un mauvais regard, une première bagarre, puis un règlement de compte d'une extrême violence. Sofiane et Kévin, deux amis de 21 ans, ont été roués de coups par une bande de 13 jeunes grenoblois, venus en découdre armés de pioches, battes de baseball, pistolet à grenaille et couteaux.

À l'époque, l'incompréhension règne. Le procureur en charge du dossier parle d'une affaire tout à fait étonnante en raison de la sauvagerie des actes. Les deux jeunes hommes ont reçu respectivement 10 et 20 coups de couteaux. Les proches des deux garçons, mais aussi leurs voisins parlent "d'enfants sans histoire qui auraient pu faire figure d'exemple en s'en sortant par les études."

Rappel des faits en vidéos:
Le récit de cette dramatique affaire.
Le reportage de Faïza Garel et Dominique Semet sur cette dramatique affaire.


« C'est absurde »


Après le drame, Mohamed Tadbirt, le père de Sofiane, demande dignement que justice soit faite. Aurélie Monkam-Nubissi, la mère de Kévin, fait état d'un véritable "acharnement" mais ne laisse pas transparaître de colère. Cette dernière parle de la douleur de ses proches et voudrait que quelque chose de fort soit fait par la justice. Elle souhaite une décision ferme mais aussi la mise en place de mesures de prévention pour qu'un tel drame ne se reproduise jamais. 

Témoignage de la maman de Kévin
Mohamed Tadbirt, le père de Sofiane demande l'apaisement
Le père d'une des deux jeunes victimes parle de son fils au lendemain de la rixe.


Une marche blanche émouvante


Après la rixe mortelle, une marche blanche est rapidement organisée en hommage aux deux copains. Le mardi 2 octobre 2012, entre 10 000 et 20 000 personnes, vêtues de blanc, se rassemblent pour dire au revoir à Kévin et Sofiane. 

Les images de la marche blanche pour Kevin et Sofiane




Où en est l'enquête ?

Un an après, Kévin et Sofiane n'ont pas été oubliés. Les proches des deux jeunes hommes attendent le procès qui pourrait avoir lieu en 2015. Pour l'instant, sur les treize personnes soupçonnées d'avoir joué un rôle dans le meurtre d'Échirolles, douze ont été écrouées. Selon le procureur, les interlocuteurs se "renvoient la balle". Comme dans toutes les affaires où de nombreux protagonistes sont identifiés, il est difficile de savoir qui a agis, qui a donné les coups et qui n'a fait qu'assister à la scène macabre. Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble, témoignait au micro de France Bleu Isère : "Le système de défense est de dire, j'y étais mais j'ai rien fais. Toute la difficulté c'est de déterminer qui a causé le décès de Kevin et Sofiane."

A lire aussi

Sur le même sujet

Harcèlement à l'école de formation en soins infirmiers d'Annonay ?

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés