publicité

Les archives départementales du Cantal exposent leurs trésors abimés

Des étudiants, des historiens, des généalogistes se penchent régulièrement sur la mémoire collective conservée aux archives départementales. Mais certains parchemins ont huit siècles, il faut sauver ce patrimoine public.

  • Par Valérie Mathieu
  • Publié le
Le temps a desséché les pages en peau de mouton de cet ouvrage du XVéme siècle conservé aux archives départementales du Cantal à Aurillac.

Le temps a desséché les pages en peau de mouton de cet ouvrage du XVéme siècle conservé aux archives départementales du Cantal à Aurillac.

Le temps a desséché les ouvrages présentés aux archives départementales du Cantal. Jusqu'au sept mai, ces archives ouvrent leurs portes pour montrer au public registres d'audiences ou inventaires rongés par l'humidité et qui partent en dentelle.
Des souris aux trombones rouillés, l'exposition "Blessures d'archives, rêve d'éternité" explore les différents maux dont peuvent souffrir les documents d'archives. Ces "blessés", amputés de longue date ou récemment maltraités, ne manquent pas dans les services d'archives, confinant au secret leur contenu et menaçant de le rendre illisible à jamais. Soigner ces documents devient alors un devoir, tant envers les archives elles-mêmes qu'envers le public, présent et à venir.
Il faut intervenir pour nettoyer, réparer et consolider ce patrimoine, dans un espoir d'éternité.
Christian Guionie restaurateur en est persuadé : "Un document quel qu'il soit est riche par son contenu mais sa forme est tout aussi importante" 

Exposition aux archives départementales du Cantal
Pascale Félix et Lydie Ribes ont rencontré Christian Guionie, restaurateur de livres anciens, Lucie Dorsy la directrice des Archives du Cantal et Christine Delmas commissaire de l'exposition "Blessures d'archives, rêves d'éternité"


L'actu de votre région en vidéo

Dans le bâtiment et le commerce, les professionnels s'adaptent à la canicule

Météo France maintient l'alerte orange canicule dans le Puy-de-Dôme et dans l'Allier. Les températures vont parfois frôler les 40 degrés et pour ceux qui travaillent en plein soleil ou dans la chaleur, il faut redoubler de précaution. Intervenants : Georges Faure (Président FTB 63) / Christophe Bichard (Membre du Conseil d'administration de la Fédération de Boulangerie du Puy-de-Dôme)

Reportage : Cyrille GENET, Bruno LEBRET. Montage : Stéphanie SALMON

Lire l'article
Dans le bâtiment et le commerce, les professionnels s'adaptent à la canicule
les + lus