publicité

Franck Azéma (ASM) : « Si je pensais que j'avais perdu le vestiaire, je serais déjà parti. »

Invité de Match Retour au lendemain de l'élimination de l'ASM de la compétition européenne, Franck Azéma endosse sa part de responsabilités dans ce fiasco. L'entraîneur clermontois estime que l'inconstance coûte sa place en 1/4 de finale à l'équipe et il ne pense pas avoir perdu le vestiaire.

  • Par Stéphane Moccozet
  • Publié le
Franck Azéma est l'invité de Jean-Luc Roussilhe dans Match Retour du 25 janvier 2016. © N. Hugot/France 3

© N. Hugot/France 3 Franck Azéma est l'invité de Jean-Luc Roussilhe dans Match Retour du 25 janvier 2016.

Battue à domicile 37 à 28 dimanche par l’Union Bordeaux-Bègles en Champions Cup, l’ASM est éliminée de la coupe d’Europe de rugby alors qu’elle avait fait de cette compétition un objectif majeur. Dernière de son groupe alors qu’elle a été deux fois finaliste et une fois demi-finaliste au cours des trois dernières saisons, l’équipe de Clermont « ne méritait pas d’être en quart de finale de cette compétition » cette fois-ci, dixit son entraîneur.
 
Invité de Match Retour, lundi soir, sur l’antenne de France 3 Auvergne, Franck Azéma estime que ses joueurs ont « laissé trop de points en route ». « On a laissé cinq points au total », explique le technicien, « deux offerts aux Ospreys à la maison, on a laissé un bonus à la dernière minute à Exeter, on ne prend pas le bonus offensif à Bordeaux alors qu'on était à 15 contre 13 », si on ajoute le point de bonus défensif oublié en route, dimanche, alors qu’une pénalité tentée et non jouée à la main par Morgan Parra dans l’ultime minute de la rencontre aurait propulsé les Auvergnats au tour suivant.
 
Pas question pour Franck Azéma de pointer son demi de mêlée du doigt. « Il n'y a rien à reprocher à Morgan parce qu'il n'est pas au courant », précise-t-il. « D'ailleurs personne ne l'était. Ni les médias, ni la télévision en direct, personne n'avait anticipé ce scénario-là. »
 

Je ne pense pas qu'on soit en crise mais c'est sûr qu'on a connu des jours meilleurs.

 
Revenant sur le tweet de Jamie Cudmore, publié la veille, réclamant le ménage dans l’encadrement technique et le retour de Vern Cotter, Franck Azéma n’a pas apprécié la méthode. « On aura l'occasion d'en parler demain matin (ndlr : mardi) », assure-t-il en cherchant des circonstances atténuantes au Canadien : « Jamie est dans une période difficile. Quand tu es joueur de haut niveau, les moments les plus difficiles ce sont les blessures et la fin de carrière. Jamie cumule les deux. Peut-être qu'il se sent en difficulté mais ça n'excuse pas le fait que s'il y a des choses à dire, il faut le dire en interne. »
 
Et si ce tweet révélait un malaise dans le vestiaire ? Le Catalan n’y croit pas. « Je ne pense pas qu'on soit en crise mais c'est sûr qu'on a connu des jours meilleurs », reconnait-il. Il « ne pense pas qu'il y ait de malaise dans le vestiaire ». Enfin, pour conclure sur le thème : « Si je pensais que j'avais perdu le vestiaire, je serais déjà parti, mais aujourd'hui ce n'est pas le cas ».
Match Retour. Franck Azéma (ASM) : « Si je pensais que j'avais perdu le vestiaire, je serais déjà parti. »

Au lendemain de l'élimination de l'ASM Clermont Auvergne de la Champions Cup, son entraîneur répond aux questions de Jean-Luc Roussilhe dans Match Retour. Franck Azéma dédouane Morgan Parra de toutes responsabilités dans la gestion de la dernière pénalité à la dernière minute du match. Il regrette également les propos tenus par Jamie Cudmore sur Twitter. Enfin, il ne craint pas avoir perdu le vestiaire et assume sa part de responsabilité dans cet échec.  -   - 

 

les + lus
les + partagés
publicité
Vos JTLe 12/13Le 19/20
Les Tweets des joueurs de l'ASM