À Langogne (Lozère), une manifestation pour sauvegarder la ligne des Cévennes

Plus de 250 personnes se sont rassemblées à la gare de Langogne, en Lozère. Ils protestent contre le désengagement de l'État sur la ligne ferrovière dite « du cévenol », qui pourra entraîner à moyen terme sa disparition.

  • Par Valentin Pasquier
  • Publié le , mis à jour le
Plus de 200 personnes ont manifesté en gare de Langogne (Lozère) pour sauvegarder la ligne du Cévenol © Gérard Rivollier

© Gérard Rivollier Plus de 200 personnes ont manifesté en gare de Langogne (Lozère) pour sauvegarder la ligne du Cévenol

Cheminots, élus locaux, mais aussi usagers: ils sont entre 250 et 300 à s'être réunis, samedi 15 octobre, à la gare de Langogne, ville de Lozère à la frontière de la Haute-Loire et de l'Ardèche. Rassemblés par l'association des « élus pour la défense du Cévenol », les manifestants protestent contre le désengagement progressif de l'État concernant l'entretien de la ligne Paris-Clermont-Nîmes, ligne dite « du Cévenol », sur laquelle se trouve Langogne.

La gare de Langogne le 15 octobre, investie par les manifestants © Gérard Rivollier

© Gérard Rivollier La gare de Langogne le 15 octobre, investie par les manifestants


Avec un retrait du soutien de l'État, l'entretien de cette ligne d'équilibre du territoire devrait alors revenir aux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie, qui ne semblent pourtant pas disposer des moyens financiers nécessaires. Le Cévenol, parcours ferrovière montagneux contenant de nombreux ouvrages d'art à maintenir en état, est particulièrement délaissé ces dernières années. Dans un communiqué, l'association organisatrice alerte les usagers: « Cette situation va entraîner la fermeture, à moyen terme, de la ligne du Cévenol, même si des travaux d'urgence sont prévus en 2017 ».

 

les + lus
les + partagés