publicité

1944 : viols et crimes, le dossier noir des soldats américains en Normandie

Les Américains ont été nos libérateurs en 1944. Mais il y a aussi une face sombre au débarquement des soldats US en Normandie : certains ont commis des exactions et même des crimes. 

  • LQ
  • Publié le 15/09/2013 | 12:06, mis à jour le 28/05/2015 | 16:55
© France 3 Basse-Normandie

© France 3 Basse-Normandie

Dans les années qui ont suivi le débarquement et la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie, il aurait été inconcevable d'évoquer les affaires de criminalité qui ont touché la population normande.
Mais aujourd'hui, les historiens s'intéressent de plus en plus au sort des populations civiles dans cette période, et les exactions qui ont pu être commises par les soldats alliés ne sont plus un tabou.
Les contemporains de ces épisodes étant presque tous disparus, le voile se lève peu à peu sur des épisodes sombres de 1944. 
Des pillages, des exactions et des crimes, dont on trouve les traces dans un dossier des archives départementales de la Manche. 

On découvre dans ce dossier que les soldats américains ne se sont pas tous comportés de façon exemplaire. 
Le plus souvent, c'était l'alcool qui était à l'origine des actes répréhensibles commis par les soldats envers la population. Mais aussi les sollicitations de ces soldats envers les femmes, qui dans certains cas étaient de véritables agressions sexuelles (lire deuxième paragraphe en bas de page).
Les situations pouvaient vite dégénérer, avec des violences, des viols, voire des meurtres. 

La loi du silence

Pour les gens qui ont étudiés les archives, il est très difficile de quantifier ces exactions et ces crimes. Selon un historien criminologue qui a épluché les dossiers, plus de 3600 viols auraient été commis en France entre juin 1944 et juin 1945. 
Les enquêtes, souvent, n'ont pas abouti. Les femmes violées n'osaient pas toujours porter plainte pour éviter l'opprobe dans leurs villages. C'est la loi du silence qui s'imposait. 
Des élus normands ont fini par se plaindre de ces outrages, comme le maire de Valognes, dans la Manche, ou encore le maire du Havre.

L'armée américaine a réagi et fait passer les soldats coupables de crimes devant des tribunaux militaires. Certains ont été condamnés à mort et exécutés. 
La plupart de ces condamnés étaient noirs. Ce qui fait douter de la partialité de l'armée américaine dans ces affaires de criminalité. 

Voir le dossier de Pauline Latrouitte et Patrick Mertz (ITW : Alain Talon, Directeur adjoint du patrimoine culturel au Conseil général de la Manche, Stéphane Lamache historien et responsable scientifique du Musée  Airbone à Sainte-Mère-Eglise, Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen)
Les crimes des soldats US en 1944 en Normandie. Dossier

La France présentée comme un pays "peuplé de femmes insatiables" par la propagande de l'armée

Une historienne américaine, Mary Louise Roberts, s'est elle aussi intéressée au souvenir peu glorieux laissé par les soldats américains en Europe, dans son ouvrage  "What soldiers do: Sex and the American GI in World War II", publié en juin 2013. 

Comme l'explique le journal "La libre Belgique", qui a consacré un article à cet ouvrage, les GI's n'ont pas laissé que de bons souvenirs en Normandie. "Selon des documents collectés par Mary Louise Roberts, le maire du Havre ne savait plus quoi faire avec tous ces GI's qui se baladaient ivres dans la rue, provoquaient des accidents avec leurs jeeps et commettaient des agressions sexuelles sur les Françaises. De nombreux cas sont aussi recensés à Reims, Cherbourg, Brest, Caen... soit les principales agglomérations où les GI's étaient stationnés", écrit la Libre Belgique.

Comment expliquer cette attitude des soldats américains ? Sans doute par l'image de la France que l'armée américaine avait choisi de donner à ses soldats à travers des documents de propagande : "En s'appuyant sur des archives françaises et américaines, l'historienne a fait un constat étonnant : la campagne militaire européenne n'avait pas été présentée aux jeunes recrues comme une bataille pour la liberté mais bien... comme " une aventure érotique dans un pays peuplé de femmes insatiables ", selon une formule du "New York Times" qui a consacré un article à l'ouvrage", explique la Libre Belgique. 

© Mary Louise Roberts

© Mary Louise Roberts


70 ans plus tard, faut-il ressortir ces histoires ? Pourquoi écorner l'image des GI's libérateurs de l'Europe ? L'auteur du livre s'explique : " Je suis absolument convaincue qu'ils (les Américains, NDLR) ont fait quelque chose d'incroyable. Ce qui m'intéresse, c'est d'en donner une image plus détaillée et plus réaliste", se justifie Mary Louise Roberts. 
les + lus
les + partagés
publicité
Le DDay sur Twitter