Deux radars incendiés dans le pays d'Auge aux abords de Deauville

Deux radars automatiques, situés sur les communes de Canapville et de Glanville, ont été vandalisés dans la nuit de mardi à mercredi.

  • CM
  • Publié le , mis à jour le
© France 3 Basse-Normandie

© France 3 Basse-Normandie

C'est un radar bien connu des Parisiens qui viennent passer leurs week-ends à Deauville. Juste après la sortie de l'A 132 trône le radar de la commune de Canapville. Les automobilistes quittant l'autoroute doivent rapidement rétrograder (limitation à 50 km/h) s'ils ne veulent pas se faire flasher. L'appareil a été incendié dans la nuit de mardi à mercredi. La nuit a décidément été "meurtrière" pour les radars dans ce secteur puisqu'à seulement quelques kilomètres de là, à Glanville, un second radar a lui aussi été ravagé par le feu. La gendarmerie de Deauville a ouvert une enquête.

En novembre dernier, dans le pays d'Auge, un autre radar automatique avait fait l'objet de dégradations similaires à Ouilly le Viconte, près de Lisieux, sur la départementale 579. Les radars sont assimilés à des biens publics. Tout personne reconnue coupable de leur dégradation peut encourir jusqu'à 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende.

L'actu de votre région en vidéo

Le lycée maritime de Cherbourg au sommet de la vague

Menacé de fermeture il y a 5 ans, avec des effectifs faibles, le lycée maritime et aquacole de Cherbourg a retrouvé des couleurs. L'établissement a effectué sa rentrée 2016 avec un record en terme d'élèves. Et développe des partenariats inédits surfant sur la vague des énergies marines renouvelables.

S.Rouil/C.Leloche

Lire l'article
Le lycée maritime de Cherbourg au sommet de la vague
les + lus
les + partagés