Carnaval étudiant de Caen : la gauche régionale hurle à la discrimination

Les tarifs TER privilégiés mis en place par la région à l'occasion du carnaval étudiant de Caen font hurler l'opposition socialiste au conseil régional. L'offre réservée aux seuls étudiants du sud normandie et à quelques Bretons exclue les Normands de l'autre rive.

  • France 3 Normandie
  • Publié le
© CG France 3 Basse-Normandie

© CG France 3 Basse-Normandie


Comme souvent en politique, les communiqués saluent l'initiative avant d'écrire un gros "Mais". Le communiqué des élus socialistes d'opposition à Hervé Morin au sein du conseil régional normand ne fait pas exception à la règle. Oui, les élus sont satisfaits de la volonté de la région d'aider financièrement "la vie étudiante et culturelle dans nos territoires" en offrant des tarifs privilégiés pour se rendre au carnaval étudiant de Caen en TER, mais les élus tiennent à faire part de leur  "étonnement quant au choix de restreindre cette offre préférentielle aux seuls étudiants issus du Calvados, de l’Orne, de la Manche et de quelques villes... de Bretagne. Les étudiants de Seine-Maritime et de l’Eure se trouveraient ainsi exclus. A l’heure de la Normandie rassemblée, cette discrimination territoriale paraît curieuse et injuste. "
Les socialistes ont signé le texte en forme de pétition pour demander à Hervé Morin  "qu'il revienne sur sa décision et permette à tous les jeunes Normands de bénéficier du même prix du billet de train pour se rendre au Carnaval de Caen."
La région a dévoilé lundi le montant de ses aides et permet aux étudiants de Honfleur jusqu'à Rennes de faire un aller retour vers Caen en TER au prix imbattable de 12 € l'aller-retour le week-end du 8 mars.

Par ailleurs le torchon brûle entre l'Université et la municipalité UMP de Caen. La direction de l'Université considérant avoir été mise devant le fait accompli quant au choix de la date pour les festivités. La sécurité serait insuffisante et les prévisions météo ne seraient pas propices  à un tel événement populaire. "Nous regrettons le refus de la Mairie de reporter cette manifestation alors que de nombreuses sollicitations ont été faites dans ce sens" argumente la direction de l'Université.


les + lus
les + partagés