publicité

Hervé Morin écrit à Ségolène Royal pour mettre fin au site GDE de Nonant-le-Pin

Le président de la Région Normandie a rendu public une courrier adressé à Ségolène Royal et Manuel Valls dans lequel il exprime son souhait de voir GDE abandonner son site de Nonant-le-Pin.

  • F3Normandie
  • Publié le 11/02/2016 | 16:06, mis à jour le 11/02/2016 | 16:15
L'ancien président de Basse-Normandie, Laurent Beauvais, avait clairement affiché son soutien aux opposants du site GDE de Nonant-le-Pin. Le président de la Normandie désormais réunifiée prend le relais et sa plus belle plume pour écrire à Ségolène Royal, ministre de l'écologie et Manuel Valls, premier ministre. 

Dans une lettre rendue publique par la Région ce jeudi, Hervé Morin exprime clairement son opposition au site d'enfouissement des déchets de l'entreprise Guy Dauphin environnement. "Le choix qui a été fait de cette implantation est totalement incompatible avec l'environnement et les activités d'élevage de haut niveau qui y prospèrent depuis des siècles", affirme le responsable politique normand, lui-même éleveur de chevaux, rappelant les "très nombreuses non conformités" relevées par les inspections effectuées sur le site en septembre 2015.

Peu d'emplois au centre GDE selon Hervé Morin

Le président de la Normandie est d'autant plus opposé à ce site qu'il apparait incompatibles avec certains des projets de la Région dans la filière équine. "Un des projets ambitieux pour l'avenir de la Région est justement d'assurer un développement international d'ampleur au Haras du Pin situé à quelques kilomètres du centre de GDE". Hervé Morin évoque ainsi "un projet d'Equipôle autour d'un centre d'entraînement de jeunes entraîneurs", un projet porté par l'association sauvegarde des terres d'élevage (fédérant les opposants à l'industriel) et susceptible, selon lui, de créer "une centaine d'emplois directs qualifiés (...) alors que le centre GDE ne créerait qu'une dizaine de gardiens et de trieurs de déchets". 

Un audit des investissements de GDE à Nonant-le-Pin

Le président de la Normandie, bien qu'opposé au site GDE, se prononce en faveur de la conciliation et non de la confrontation avec l'industriel. "Je souhaiterais trouver une voie de sortie qui réponde à l'exigence environnementale et économique, tout en conduisant les dirigeants de l'entreprise à accepter une formule qui leur permette de compenser de manière raisonnable des investissements qui auraient, au préalable, étaient audités". Il demande donc qu'un audit soit mené par "un organiseme indépendant choisi conjointement par l'entreprise et les associations sous la surveillance des services du Ministère (de l'écologie)".



 
les + lus
les + partagés