publicité

Cherbourg : dispositif renforcé contre l'immigration clandestine vers l'Angleterre

Les ports français à destination du Royaume-Uni et de l'Irlande sont sous surveillance. Le port de Calais sature devant l'afflux de migrants désireux de partir faire leur vie Outre-Manche. Notre reportage sur le dispositif de sécurité à Cherbourg.

  • France 3 Normandie
  • Publié le 05/03/2016 | 16:18

Dispositif sécurisation port de Cherbourg
Le reportage d'Hélène Jacques et Claude Leloche. Interviennent Jean-Louis Legendre, le directeur départemental Police de l'Air et des Frontières et Michel Gehanne responsable Exploitation port de Cherbourg SAS.

Depuis le mois de novembre, le nombre de migrants cherchant à traverser la Manche a beaucoup augmenté. En janvier et février 400 intrusions ont été constatées, et 109 personnes interpellées.Les mesures de surveillance ont été renforcées et elles sont efficaces, affirment les autorités. Lors d'une opération de communication, elles ont voulu en faire la démonstration  devant les caméras.

Au début du mois de février, le nouveau préfet de la Manche Jacques Witkowski, avait fait organiser une vaste opération de contrôles routiers pour lutter contre les filières des passeurs clandestins vers le Royaume-Uni. 21 gendarmes avaient été mobilisés pour cette opération de police largement retransmise dans les médias. La Préfecture fait savoir que ces contrôles sont réguliers et que les trains Paris-Cherbourg sont systématiquement contrôlés par la police entre Carentan et Cherbourg-en-Cotentin.
Au quotidien, les grilles du port sont vérifiés depuis deux mois et l'afflux de migrants, en provenance de la jungle de Calais. Les passeports des routiers et des particuliers sont tous contrôlés grace à un système de puces électroniques généralisés à tous les pays en provenance de l'espace Schengen. Un maître chien patrouille également à proximité des camions en partance pour l'Irlande ou le Royaume-Uni. 
Dimanche dernier, 9 migrants partis de Cherbourgs à bord d'un ferry de la Irish ont été interpellés en Irlande à Rosslare. "Ils étaient entassés dans une remorque et souffraient d'un grave manque d'oxygène. Nous avons évité le pire." expliquait Vérone Murphy, la présidente de l'association du transport routier irlandais,  à nos confrères The Independant.

les + lus
les + partagés