Chris Marker est décédé : un cinéaste engagé qui avait de nombreux liens avec la Franche-Comté

Chris Marker est un nom qui résonne pour les cinéphiles et les militants de gauche. Ce cinéaste avait filmé Sochaux, la Rhodia à Besançon, les mouvements sociaux. 

Par Catherine Eme-Ziri

Chris Marker est décédé le jour de ses 91 ans. Voici ce qu'il disait à propos du cinéma :


 Un film a deux points communs avec un iceberg, à savoir qu’avec le temps il en reste de moins en moins et que sa part invisible est plus grosse que sa part visible. Sauf rares exceptions, chaque œuvrette cinématographique laisse derrière elle un nombre considérable de chutes, doubles, coupures, regrets, remords…“

De nombreux articles lui rendent hommage sur le web, de Libération à France Culture en passant par Allociné ou Le Monde. Le site 20Minutes donne la parole à Gilles Jacob, le président du festival de Cannes et Actualitté rappelle que Chris Marker, artiste complet, a commencé par la littérature.
Rue89 estime que, sans Chris Marker, "le fond de l'air est moins rouge."
Slate présente une autre facette de cet homme engagé : sa passion pour les nouvelles technologies.
Tous mettent en ligne des vidéos et racontent que chris Marker avait une autre passion : les chats.


Les chats, il en est justement question dans un hommage écrit par un Bisontin. Chris Marker avait de nombreux amis à Besançon et en Franche-Comté. Roger Journot, président du CCPPO (Centre Culturel Populaire de Palente - les Orchamps), l'a bien connu. C'est lui qui a écrit ce texte en hommage à Chris Maker.


"CHRIS MARKER
BISONTIN  de COEUR

Il vient de disparaitre à 91 ans, discrètement, à l'image de sa vie, sa grande silhouette déglinguée ne parcourra plus la place des tilleuls à Palente. Militant de cette grande pensée d'après Auschwitz et Hiroshima ou Nagasaki, plus jamais la guerre, mais l'amitié entre les peuples, Chris Marker rencontra des dirigeants et amis du CCPPO lors des réunions "PEUPLES et CULTURE". Il noua ainsi de solides amitiés à Besançon. En 1967, invité par René Berchoud et Pol Cèbe, il vint sur les rives du Doubs, tourner un documentaire fondamental "A bientôt j'espère", analyse amicale mais lucide sur la vie et la pensée des travailleurs de la Rhodiaceta, qui, dès 1967, avec leur grève marquée par l'occupation de l'usine transformée en Maison de la Culture,  posèrent une question fondamentale : à quoi peut servir le progrès, s'il n'est pas au service des hommes et si les travailleurs sont encore condamnés à vivre comme l'avait si bien décrit Zola en  son temps. Ce documentaire diffusé en février 68 par la toute puissante  télévision  de l'époque concrétisa pour certains historiens, le début "des évènements": des ouvriers parlent librement dans la boite à images,  des journalistes téméraires acceptent d'aborder les difficultés de vivre au temps du formica et surtout du gaullisme  triomphants.  En 1973 il accepta, à la demande unanime de toutes les organisations syndicales, de monter un ciné tract sur l'afffaire LIP "Puisque l'on vous dit que c'est possible !", film chargé d'expliquer le conflit avant la grande marche sur Besançon. Il participa aussi au film mémoire sur les morts sochaliens du "II juin 68" assassinés par le pouvoir bourgeois aux abois.

Ami  du CCPPO, il participa fin 67 à la création du Groupe Medvedkine, persuadé que le cinéma est un moyen d'expression universel et notamment au service le la pensée populaire. Ainsi, il participa au renouveau du cinéma militant, indispensable pour maintenir une certaine objectivité à l'information télévisuelle et lutter contre les dérives du septième art. Cette amiité est restée constante depuis les années soixante, il aimait  à échanger avec ces militants culturels porteurs d'idées qui peuvent paraitre du passé mais qui sont porteuses de l'avenir. C'est à Besançon qu'il donna la Première Européenne  du film "Loin du Vietnam", le cri du monde du cinéma afin d'exiger la fin de cette guerre menée par l'impérialisme américain qui suppléa le colonialisme français défaillant. Il a toujours refusé de gagner le moindre centime grâce à cette fidélité, prêtant  ses films pour les besoins de la programmation du Centre Culturel Populaire, y abandonnant aussi ses petites royalties sur la diffusion du film Lip.

Il prit une fois la parole lors d'un des premiers "Festival cinéma du CCPPO" celui au cours duquel la médaille de la ville de Besançon fut remise aux parents de Jean Pierre Thiebaud, animateur culturel mais aussi cinéaste militant. A ce dernier, il apporta son soutien technique lors de la réalisation du "Traîneau Echelle". On sait qu'il était venu au Centre Dramatique National lors de la première du spectacle "Les yeux rouges" création théâtrale  montée à partir de l'histoire  et la pensée des horlogers de Palente, les travailleurs de l'imagination.

Partant du principe que son rôle de témoin du monde ne pouvait être efficace que s'il restait visuellement anonyme, il accepta qu'une image de lui, (encore jeune), fut reproduite dans le confidentiel cahiers des "Amis de la Maison du Peuple de Besançon" consacrée à la genèse du  CCPPO. 

Afin de rester fidèle à cette grande pensée du siècle, il faut aussi rappeler l'incroyable respect teinté de vénération  que le cinéaste portait à ses amis les chats, complices discrets de sa solitude, qui, bien qu'assoupis, sont toujours aux abois...et prêts à sortir les griffes..."


 / ©
/ ©

Cette Photo de Chris Marker, inédite, est dans l'exposition du CCPPO sur "le joli mai 68". Elle fut prise lors de la présentation à Palente de "A bientôt j'espère".
Merci à Roger Journot pour son aide.

Sur le même sujet

Jussey (70) : Formation de sécurité civile ouverte aux moins de 14 ans

Actualités locales

Les + Lus