L’arbitre bourguignon Clément Turpin est sous le feu des critiques

Clément Turpin, licencié au FC Montceau Bourgogne, est arbitre international FIFA depuis 2009 / © AFP PHOTO BORIS HORVAT
Clément Turpin, licencié au FC Montceau Bourgogne, est arbitre international FIFA depuis 2009 / © AFP PHOTO BORIS HORVAT

Le jeune arbitre international de football est au cœur d’une énorme polémique. On lui reproche d’avoir distribué deux penaltys, un carton rouge et sept jaunes lors du match OM-PSG dimanche 6 octobre 2013.

Par B.L. avec l'AFP


Un Bourguignon sous le feu des critiques

Clément Turpin est licencié au FC Montceau Bourgogne. Nommé arbitre international FIFA depuis 2009, il est le plus jeune Français à avoir accédé à cette fonction. Depuis, il a arbitré de nombreuses rencontres comme, par exemple, la finale de la Coupe de France PSG-LOSC le 29 avril 2011.
Le Bourguignon a déclenché une vague de protestations inouïe lors du match entre Marseille et le PSG. D’innombrables commentaires postés sur Twitter le tournaient en dérision pendant qu'il distribuait ses cartons et sifflait deux penalties controversés.


Le 18e carton rouge en 26 matches

La rencontre a basculé une première fois à la 30e minute : à la suite d'une balle anodine de Payet, Thiago Motta, à l'intérieur de la surface de réparation mais sans aucune pression, ratait un contrôle de la tête. Mathieu Valbuena, qui avait bien suivi, était plus prompt sur le ballon et Thiago Motta en retard frappait le pied de l'international français. L'arbitre Clément Turpin infligeait alors une double peine au Parisien : un carton rouge sèvère et un penalty.
Il s'agissait du 18e carton rouge sorti par Clément Turpin en 26 matches depuis la saison dernière, soit le record en Ligue 1. André Ayew ne se faisait pas prier pour donner l'avantage à Marseille (1-0, 34).


Un deuxième pénalty

En supériorité numérique, Marseille n'était pas pour autant maître du jeu. Et c'est au contraire Paris qui prenait le jeu à son compte. le PSG, impressionnant dans ses passes à dix et dans sa maîtrise collective, a alors bénéficié d'un autre coup du sort : Clément Turpin a sifflé son 2e penalty de la soirée pour une faute dans la surface d'André Ayew sur Marquinhos. Ibrahimovic s'avançait et trompait Mandanda (2-1, 66). L'OM, qui ne s'est plus imposé face au PSG depuis novembre 2011 au Vélodrome (3-0), s'inclinait une nouvelle fois au grand dam des supporters. Voilà un match dont on n’a pas fini de parler !


 

Sur le même sujet

Besançon : Nacle peint Miss Doubs 2017 au CFA Hilaire

Près de chez vous

Les + Lus