Côte d’Or : des riverains refusent la suppression du bief de la rivière Bèze

Une partie de la rivière Bèze qui traverse le village de Vonges, en Côte d’Or, pourrait être supprimée. Ce projet divise les riverains. Les opposants à la suppression du bief s’inquiètent pour la sauvegarde du paysage et du patrimoine.

Une partie de la rivière Bèze qui traverse le village de Vonges, en Côte d’Or, pourrait être supprimée.
Une partie de la rivière Bèze qui traverse le village de Vonges, en Côte d’Or, pourrait être supprimée.

 


Pourquoi une partie de la Bèze est-elle menacée ?

Il y a trois siècles, un canal avait été aménagé pour amener une partie de l’eau de la rivière Bèze jusqu’à la poudrerie royale de Vonges. Aujourd’hui, ce bief est menacé car une directive cadre européenne "Loi sur L'eau" impose de rétablir la continuité écologique des cours d'eau (c'est-à-dire la « libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones de production indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques»).

Pour se conformer à la directive européenne, le Syndicat Intercommunal du Bassin de la Bèze et de l'Albane a donc lancé une étude en 2013.
Plusieurs scénarii sont possibles :



Pourquoi les riverains sont-ils montés au créneau ?

"Nous avons été avertis en juin dernier que  l'effacement du déversoir, soit la suppression totale du bief, était la solution retenue", expliquent les riverains. Ils contestent cette "solution radicale la moins coûteuse, certainement la plus simple, ne demandant plus d'entretien des ouvrages".

"Notre bief va donc disparaître pour laisser place à une décharge hydraulique exclusivement dédiée aux crues. Malgré les aménagements qui seront  réalisés, nous doutons que cela suffira à nous garantir des conditions sanitaires satisfaisantes, notamment avec la stagnation de l'eau qui ne sera jamais totalement évacuée. A noter également l'impact paysager qui sera fortement modifié et l'accès à l'eau supprimé pour les pêcheurs, les riverains, les promeneurs", expliquent les opposants, qui refusent le projet d’effacement de 1500 mètres de rivière.


Et maintenant ?

Une réunion d’information a été organisée par le Syndicat Intercommunal du Bassin de la Bèze et de l'Albane mercredi 9 juillet 2014, à la mairie de Vonges. "J’ai invité les riverains pour leur présenter un projet, qui bien sûr sera amendé", déclare Jean-Claude Lenoir, président du syndicat intercommunal du bassin de la Bèze et de l'Albane. Celui-ci se dit "un peu agacé que les gens soient montés au créneau avec des banderoles et une pétition avant de connaître le fond du projet".
Maintenant que la concertation est lancée, le projet doit être accepté par les riverains pour que l’enquête publique démarre. Autrement dit, les travaux envisagés ne sont pas près de débuter.

durée de la vidéo: 01 min 51
Polémique autour du bief de la rivière Bèze

Reportage d’Anne Berger et Lucie Dénéchaud avec :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter