Dijon : Les banquiers du groupe BPCE sont en grève

Ce mardi matin 24 mars, à l'appel d'un mouvement national intersyndical, les employés du groupe BPCE (Banque Populaire, Caisse d'Epargne) sont en grève contre la détérioration des conditions de travail et pour réclamer des augmentations générales. Ils étaient environ 70 à manifester au siège à Dijon

Les grévistes devant le siège de la Caisse d'Epargne à Dijon, le 24 mars
Les grévistes devant le siège de la Caisse d'Epargne à Dijon, le 24 mars © FTV

Une "grande première" selon les syndicats

C'est la première fois depuis la naissance du groupe bancaire en 2009 qu'une intersyndicale totale se forme pour appeler à la grève.
Le groupe représente la Caisse d'Epargne, la Banque Populaire, Natixis et le Crédit Foncier.
Les syndicats concernés sont CFDT, Unsa, CGT, CFTC, FO, CFE-CGC/SNB, SUD Solidaires.

Les conditions de travail "décentes", parmi les revendications

C'est "le retour à des conditions de travail décentes" et "l'amélioration du service clientèle", dégradés, selon elles, par la baisse des effectifs.
Elles exigent par ailleurs "des augmentations de salaire générales et pérennes".

Echec des négociations salariales

L'unité syndicale s'est formée début mars après "l'échec" des négociations salariales dans les deux principales branches, Banque Populaire (BP) et Caisse d'Epargne (CE), où aucune augmentation générale n'a été accordée pour 2015.
La direction "a été au maximum de ce qui pouvait être fait", avec des propositions allant "de 0,5 à 0,6% de la masse salariale, pour une inflation à 0,1%", justifie auprès de l'AFP Hervé D'Harcourt, directeur de la stratégie et du développement social au sein de la DRH du groupe BPCE.
Malgré l'absence d'accord au niveau des branches, "un salarié sur trois dans le groupe va percevoir une augmentation" et environ "huit salariés sur dix" vont avoir un intéressement supérieur ou égal à 2014, équivalent à "un à deux mois de salaire",
assure M. D'Harcourt. Les 20% restants toucheront un intéressement inférieur.
Par ailleurs, les négociations salariales se sont poursuivies dans les différentes entités qui composent le groupe BPCE, avec "60% des entreprises ayant terminé leurs négociations qui ont abouti à un accord", fait-il valoir.
De source syndicale, on apprend que le PDG de la Caisse d'Epargne, François Pérol, bénéficierait d'une part variable de 850 000 euros.
La BPCE, deuxième groupe bancaire en France avec 108.000 employés, a réalisé en 2014 un bénéfice net de 2,9 milliards d'euros, en augmentation de 4,4%.

Les images de la manifestation à Dijon au siège de la Caisse d'Epargne

durée de la vidéo: 00 min 29
Manifestation Caisse d'Epargne



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter