Dijon : comment le Crémant de Bourgogne s’exporte-t-il?

40 ans après la création de l’AOC Crémant de Bourgogne, un séminaire mardi prochain s’intéresse à la question de son exportation. La manifestation est organisée par les étudiants de commercialisation internationale de vins dans le cadre d’un projet franco-allemand.

Par Muriel Bessard

Un séminaire pour comprendre le succès du Crémant

Le séminaire aura lieu mardi 13 mai de 9h 30 à 12H au lycée les Arcades à Dijon. Des professionnels du Crémant de Bourgogne viendront y présenter leur stratégie à l’export. Il s’agira de l’aboutissement d’un travail sur les vins effervescents menés par 40 étudiants : des professionnels de la vidéo du Lycée technologique de Cologne en Allemagne et de futurs professionnels du vin du Lycée Les Arcades de Dijon.
Ils ont auparavant ont sillonné les routes de Bourgogne et de Rhénanie Palatinat et participé au salon Prowein à Düsseldorf, le plus grand salon professionnel de vin d’Europe. Ils partageront leur expérience en projetant, en ouverture du séminaire, le film qu’ils ont réalisé à cette occasion.
Ensuite plusieurs professionnels interviendront pour évoquer différents thèmes :
  • « Vitteaut-Alberti : comment une entreprise familiale peut-elle séduire la clientèle étrangère ? »
  • « Boisset : Stratégie et relation à l’international, les moyens marketings, le potentiel du marché allemand. Le concept précurseur du musée de l'effervescent »
  • Comparaisons culturelles et viticoles de deux régions jumelées, la Bourgogne et la Rhénanie-Palatinat
  • Les préconisations des étudiants en terme de conquête du marché allemand, le positionnement du Crémant versus Sekt

Le Crémant de Bourgogne : une appellation qui progresse

Depuis le début du 2ème millénaire, les ventes de crémant de Bourgogne ne cessent de progresser. Elles représentent aujourd’hui plus de 17 millions de bouteilles soit une progression de plus de 120% en 10 ans.  Son atout principal est son prix : moins de 10 euros là où un Champagne est vendu au minimum entre 15 et 20 euros en grande distribution. Mais les progrès qualitatifs de ces vins expliquent aussi ces bons chiffres. La situation est telle qu'« aujourd'hui, on peine à satisfaire la demande, on manque de raisins » explique Pierre du Couédic, directeur de l’Union des producteurs et élaborateurs de Crémant de Bourgogne. Principaux acheteurs : les Etats-Unis, les pays européens voisins et le Japon.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses au collège

Actualités locales

Les + Lus