Législatives 2017 : abstention massive en Franche-Comté

Reportage de Sofian Aïssaoui.



C'est sans conteste la grande gagnante de ces élections : l'abstention. En Franche-Comté, elle se situe autour de 54 %, un taux historiquement bas. C'est dans la première circonscription du Doubs que les électeurs ont le moins voté : 55,5 % d'abstention, 15 points de plus qu'en 2012 ! 


Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

"Un record historique sous la Ve République"

Entre le premier tour de la présidentielle et celui des législatives, la participation des électeurs s'est écroulée d'environ 30 points. Et si l'on ne compare que les élections législatives entre elles, alors ce premier tour constitue un record historique d'abstention sous la Vème République" explique le politologue et maître de conférence Thomas Guénolé, sur le site internet du Huffington Post. Mais alors, quelles sont les raisons d'un tel marasme ?

Plusieurs arguments peuvent être avancés : la fatigue générale des électeurs face au processus électoral après une année très riche sur le plan politique, la forte mobilisation des électeurs macronistes dont l'envie première est d'offrir à "leur champion" une majorité présidentielle, mais aussi la mise à mal des partis traditionnels, PS et LR, bousculés par les affaires ou les scissions. Le FN, attendu lors de cette élection ainsi que la France Insoumise, n'ont pas obtenu les résultats escomptés. Une partie de leur électorat, largement mobilisée lors de l'élection présidentielle, s'est littéralement volatilisée.   

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


Quoi qu'il en soit, des voix s'élèvent et proposent parfois des mesures radicales, comme la reconnaissance du vote blanc ou encore la mise en place de l'obligation de vote, comme l'explique Thomas Guénolé. "Pour éviter à l'avenir que de telles vagues blanches créent artificiellement des majorités parlementaires monstrueusement obèses, sans doute faut-il remettre sur la table une proposition radicale: rendre le vote obligatoire." En attendant, l'abtention a encore de beaux jours devant elle.