En France, la récolte de cassis s'annonce quatre fois moins importante en 2017

La crème de cassis, produit phare bourguignon, risque de pâtir de cette mauvaise récolte 2017 qui s'annonce. / © Pezibear/Pixabay
La crème de cassis, produit phare bourguignon, risque de pâtir de cette mauvaise récolte 2017 qui s'annonce. / © Pezibear/Pixabay

À cause du gel tardif qui a pris le cassis en pleine floraison fin avril, la production du fruit sera bien moins importante en 2017 que lors des années précédentes. À Merseuil, dans le Beaunois, où la récolte a commencé, on parle d'une hausse conséquente des prix de la matière première.

Par Valentin Pasquier

La récolte du cassis, produit emblématique bourguignon, a démarré mi-juin. Près de Beaune, les producteurs font grise mine : les rendements des exploitations de la région seront en deçà des espérances cette année, avec des déficits allant jusqu’à 55% sur certaines variétés.
 
En cause, l’épisode de gel qui a frappé la Bourgogne du 20 au 22 avril, qui a aussi fait souffrir les vignes. Florent Baillard, président de la coopérative Socofruits située à Mercueil en Côte-d’Or, estime la production de l’année à 700 kilos par hectare, « alors que lors d’une année normale, on est à 3 tonnes, voire 3 tonnes et demi ». Soit un rendement divisé par quatre.

Reportage d'Amélie Douay et Christophe Gaillard, avec : 
  • Florent Baillard, président du groupement de producteurs Socofruits
  • Jean-Dominique Caseau, liquoriste et président de l'interprofession du cassis

En France, la récolte de cassis s'annonce quatre fois moins importante en 2017
À cause du gel tardif qui a pris le cassis en pleine floraison fin avril, la production du fruit sera bien moins importante en 2017 que lors des années précédentes. À Merseuil, dans le Beaunois, où la récolte a commencé, on parle d'une hausse conséquente des prix de la matière première.

La crème de cassis de Bourgogne se fera plus rare


Cette année noire succède à une année 2016 déjà déficitaire, dont les fabricants de crème de cassis sont les premiers à faire les frais. Selon l’association des fruits et légumes transformés (Afidem), les volumes de livraison ne couvriront que 45% des besoins des transformateurs pour la variété « Noir de Bourgogne » et deux tiers pour la variété « Blackdown ».
 
Conséquence des faibles rendements, l’association parle déjà de 30% d’augmentation du prix de la matière première. La France est le 3e producteur mondial de cassis, avec 30 

Cancer du sein : les femmes éloignées du dépistage

Près de chez vous

Les + Lus