Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Caché par les villes, le vote frontiste progresse en Bourgogne-Franche-Comté

Un bureau de vote de Belfort, lors du second tour de la présidentielle le 7 mai 2017. / © MAXPPP
Un bureau de vote de Belfort, lors du second tour de la présidentielle le 7 mai 2017. / © MAXPPP

Si les départements bourguignons et franc-comtois ont globalement donné leur préférence à Emmanuel Macron lors du second tour de la présidentielle, le Front National peut nuancer sa défaite : humilié dans les villes, le parti continue néanmoins de battre des records en termes d'électeurs.

Par Valentin Pasquier

Depuis une dizaine d'années, il est devenu commun de voir le Front national améliorer ses scores à chaque scrutin. La Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas exception à la règle.

Lors de la présidentielle de 2007, la Bourgogne et la Franche-Comté attribuaient respectivement 12,22% et 13,72% de leurs suffrages exprimés à Jean-Marie Le Pen. Dix ans après, les régions ont fusionné et le score du FN a doublé, notamment dès lors du premier tour de la présidentielle de 2017 (25,09%) pour sa fille, Marine Le Pen.

À noter que l'abstention a aussi quasiment doublé, passant de 15% en Bourgogne et 13,5% en Franche-Comté, à 22,65% en 2017.

Un plébiscite en vote rural


À chaque consultation, certaines zones de la région se distinguent en privilégiant le candidat ou les listes du Front national. En Bourgogne, les communes rurales du nord de l'Yonne, proches de la région parisienne, ont voté massivement pour Marine Le Pen au premier tour (voir carte ci-dessous).

© France 3
© France 3


Idem pour la vallée de Saône, limitrophe de la Bourgogne et de la Franche-Comté, et pour les communes du Doubs et de la Haute-Saône voisines du Territoire de Belfort. Ces zones ont généralement confirmé leur décision au second tour, mais restent cachées derrière les grandes villes (Dijon, Besançon, Chalon, Dole, Auxerre), où les scores sont sans appel pour le FN.


Une augmentation en terme d'électeurs

La représentation des résultats par carte a l'avantage de montrer le candidat sorti vainqueur dans une commune, d'afficher ainsi un résultat en fonction des bulletins exprimés.

Il peut aussi être judicieux de considérer l'adhésion des électeurs franc-contomtois et bourguignons au Front national en termes de voix, en valeur absolue, plutôt qu'en part de bulletins exprimés. Entre les deux tours de la présidentielle qui l'opposait à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a par exemple récupéré 145 753 voix supplémentaires, soit plus de la moitié de ce qu'elle avait recueilli au premier tour.

Depuis les élections européennes de 2014, on observe que ce nombre d'électeurs frontiste augmente dans tous les départements de l'actuelle grande région Bourgogne-Franche-Comté. Les chiffres peuvent être aisément comparables, le nombre d'inscrits sur les listes ne variant que peu lors de chaque scrutin.


La hausse la plus importante s'est produite en Saône-et-Loire, terre d'Arnaud Montebourg, avec un nombre de voix FN une fois et demi plus important au second tour de la présidentielle 2017 que lors des européennes de 2014.

Sur ce critère, la Saône-et-Loire est suivie de près par la Nièvre et l'Yonne et le Jura, où le FN rassemble près d'1,2 fois plus d'électeurs à la présidentielle de 2017 qu'aux européennes de 2014.


À l'échelle de la grande région, qui n'existe que depuis le 1er janvier 2016, les électeurs du FN ont été 41% plus nombreux lors du second tour de la présidentielle 2017 que celui des régionales de 2015. Un encrage local dont comptent bien profiter les élus frontistes de Bourgogne et de Franche-Comté pour gagner leur place à l'Assemblée nationale en juin 2017.



Le reportage de B. Djaouti et Y. Etienne à Brienon-sur-Armançon dans l'Yonne avec :
  • des électeurs
Yonne : à Brienon-sur-Armançon, Mariine Le Pen a recueilli plus de 60% des voix
Si les départements bourguignons et franc-comtois ont globalement donné leur préférence à Emmanuel Macron lors du second tour de la présidentielle, le Front National peut nuancer sa défaite : humilié dans les villes, le parti continue néanmoins de battre des records en termes d'électeurs comme dans certaines communes rurales de l'Yonne.




Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Un mois décisif pour l'hôpital de Saint Claude

Près de chez vous

Les + Lus