Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

« Sauvages » : une exposition à Dijon questionne sur la place des espèces sauvages dans nos vies

Le renard roux est l'une des espèces mise à l'honneur l'exposition "Sauvages", au Jardin des Sciences, parc de l'Arquebuse à Dijon.
Le renard roux est l'une des espèces mise à l'honneur l'exposition "Sauvages", au Jardin des Sciences, parc de l'Arquebuse à Dijon.

Peut-on vivre en cohabitation entre espèce sauvage et humaine ? Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018, l’exposition « Sauvages » tentera de répondre à cette question au Jardin des Sciences, parc de l’Arquebuse à Dijon.

Par Nathan Boumadjer

Le lynx boréal, l’ours brun, le loup gris, le renard roux et la loutre d'Europe sont les 5 mammifères sauvages à l’honneur dans l’exposition du Jardin des Sciences. A la fin de leur visite, les visiteurs devront répondre à la question suivante : quelle place êtes-vous prêts à laisser à ces espèces sauvages dans votre quotidien ?

A travers différentes illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, mais également témoignages d’experts, les plus curieux pourront tout découvrir de ces carnivores. L’exposition présentera des exemples concrets de dispositifs ou d’aménagements de territoire pour cohabiter pacifiquement entre espèce sauvage et humaine.

L’objectif est de laisser le visiteur réfléchir à la place qu’il accorderait aux espèces sauvages dans la vie humaine. Selon les organisateurs, il devient nécessaire d’envisager la présence des espèces sauvages à proximité des humains non pas partiellement mais globalement.

© Jardin des Sciences / Dijon
© Jardin des Sciences / Dijon

Les animaux sauvages en Bourgogne

Chacune des espèces présentées possède ses propres caractéristiques, même si des ressemblances entre-elles peuvent être soulignées. C’est surtout leur mauvaise réputation, puisqu’elles sont souvent considérés comme nuisibles, qui les empêche de vivre à proximité d’activités ou de lieux de vie humains. Aujourd’hui, plusieurs de ces espèces possèdent des mesures de protection.

Des traces fossiles de ces animaux et/ou espèces ont été retrouvées sur le territoire bourguignon : ainsi, il y a plus de 12 000 ans vivait à Santenay, en Saône-et-Loire, une espèce de loup aujourd’hui disparue, tandis qu’au Moyen-Âge, des loutres fréquentaient la rivière souterraine d’Arcy-sur-Cure, dans l'Yonne.

Une loutre d'Europe, une autre espèce à l'honneur dans l'exposition "Sauvages"
Une loutre d'Europe, une autre espèce à l'honneur dans l'exposition "Sauvages"

Des activités humaines qui menacent l’espèce sauvage

Aujourd’hui seul le renard est une espèce qui peut encore être considéré comme nuisible parmi les 5 espèces citées. Pour autant, le lynx, l’ours, le loup, le renard et la loutre ont tous été un jour des espèces impactées par le développement humain. Chassés pour leur fourrure, leur chair ou parce qu’ils étaient considérés comme nuisibles, les populations de ces animaux ont fortement régressé, voire ont disparu, surtout au 19ème et jusqu’au milieu du 20ème siècle.

A lire aussi

Sur le même sujet

Olivier Dall'Oglio : "Il y a encore 20% du boulot à faire"

Près de chez vous

Les + Lus