Dijon : pourquoi des Faucheurs Volontaires sont-ils convoqués au tribunal ?

Des faucheurs volontaires d'OGM étaient convoqués devant le tribunal correctionnel de Dijon pour avoir saccagé des parcelles de colza du groupe Dijon Céréales.
Des faucheurs volontaires d'OGM étaient convoqués devant le tribunal correctionnel de Dijon pour avoir saccagé des parcelles de colza du groupe Dijon Céréales.

14 Faucheurs volontaires étaient assignés en justice pour avoir participé en Côte-d'Or à la destruction de parcelles de colza rendu tolérant à un herbicide. Un rassemblement de soutien était organisé au tribunal correctionnel de Dijon mardi 5 septembre 2017.

Par B.L.

Le 28 novembre 2016, à Darois, Fromenteau et Marsannay-le-Bois, 67 Faucheurs volontaires s’étaient attaqués à des plate-formes de démonstration de colza rendu tolérant à un herbicide (VrTH).
Ces variétés sont issues de mutagénèse, une technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d'application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage.

"Des rencontres avaient préalablement eu lieu entre Faucheurs volontaires et des instances administratives, ainsi que des coopératives dont Dijon-Céréales pour alerter sur ce problème. Ces rencontres ont été laissées sans suite. Les Faucheurs ont donc été contraints à la désobéissance civique", déclare l’association.


Les Faucheurs Volontaires d'OGM dans les locaux du siège de Dijon-Céréales - Lundi 28 Novembre 2016 / © France 3 Bourgogne (Photo : R. Liboz)
Les Faucheurs Volontaires d'OGM dans les locaux du siège de Dijon-Céréales - Lundi 28 Novembre 2016 / © France 3 Bourgogne (Photo : R. Liboz)


Suite à cette action du 28 novembre, 14 Faucheurs volontaires étaient convoqués mardi 5 septembre, à 8 h 30, au tribunal correctionnel de Dijon, car une plainte a été déposée par la Coopérative Dijon – Céréales, qui est responsable de ces cultures de colza OGM VrTH.

Une lettre a été remise au procureur de la République pour lui demander la comparution des 67 Faucheurs présents à l'action du 28 novembre dernier.
"En effet, il n'y a pas égalité de traitement devant la justice, car à ce jour 34 Faucheurs sont convoqués en justice sur les 67 participants", précise l’association.

"Pourquoi il y en aurait 34 alors qu’on est 67 à avoir revendiqué le fauchage ?" a déclaré Pierre Clément, du collectif "Faucheurs volontaires d'OGM, à France 3 Bourgogne. 
"C’est un cri d’alarme qu’on pousse depuis au moins une trentaine d’années, voire plus. Il y a ce procès aujourd’hui à Dijon, mais il y a d’autres procès dans toute la France. C’est un procès parmi tant d’autres que les Faucheurs volontaires assument pleinement. "

A noter que d'autres convocations étaient prévues les 12 et 19 septembre et le 5 octobre, mais finalement toutes les audiences seront regroupées à une seule date au début d’avril 2018.



Que dénoncent les Faucheurs volontaires ?


–la non transparence de ces cultures
"En France des OGM (organismes génétiquement modifiés) sont cultivés ; ce sont des colzas et tournesols VrTH mutés. Ce sont des OGM cachés qui se retrouvent dans nos champs.

–le non respect du principe de précaution inscrit dans le Code de l'environnement
"Ces plantes tolérantes à un herbicide en sont donc imprégnées et sont à la base d'huiles alimentaires qui se retrouvent dans nos assiettes.

–"le passage en force » des semenciers et de l'agro-industrie
"Leurs objectifs sont les retours sur investissement liés au brevetage du vivant. »

Les Faucheurs volontaires demandent au gouvernement la mise en place d'un moratoire sur ces variétés mutées rendues tolérantes à des herbicides.

"Le problème de ces OGM mutés est si important que la Cour de Justice Européenne en a été saisie à la demande du conseil d'État français lui-même incapable de trancher", conclut l’association des Faucheurs volontaires.

Des militants anti-OGM, dont six Bourguignons, étaient poursuivis en justice pour avoir détruit une parcelle de vigne transgénique expérimentale à Colmar en 2010.
Des militants anti-OGM, dont six Bourguignons, étaient poursuivis en justice pour avoir détruit une parcelle de vigne transgénique expérimentale à Colmar en 2010.



A lire aussi

Sur le même sujet

Témoignage instituteur accusé de viol

Près de chez vous

Les + Lus