Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Anesthésiste soupçonné d'empoisonnements à Besançon : la clinique Saint-Vincent se défend

Le médecin est soupçonné d'empoisonnements au sein de la clinique Saint-Vincent et polyclinique à Besançon  / © maxppp
Le médecin est soupçonné d'empoisonnements au sein de la clinique Saint-Vincent et polyclinique à Besançon / © maxppp

A Besançon, cette clinique est dans la tourmente. L'un de ses médecins est accusé d'avoir empoisonné volontairement des malades. L'établissement contre attaque. Il s'oppose à la ligne de défense du médecin qui se dit "victime de confrères qui lui voudraient du mal". 

Par Sophie Courageot

30.000 patients passent dans cette clinique chaque année. 20.000 font l'objet d'anesthésie. La clinique Saint-Vincent qui emploie 500 salariés n'avait jamais fait parler d'elle. 

Ce vendredi 7 avril, la direction de la clinique bisontine s'est exprimée devant les médias régionaux pour faire taire dit-elle "la cacophonie des scénarios alternatifs et sans preuve des avocats". Ils mettent en cause les fameuses poches dans lesquelles ont été trouvé des produits en doses mortelles. Ils estiment que l'anesthésiste mis en cause est lui-même victime d'un règlement de compte peut-être entre médecins. Ses défenseurs ont simulé dans une reconstitution vidéo la faisabilité d'un acte de malveillance volontaire. 

Dans cette affaire, la clinique a porté plainte. Elle réfute tout problème de personnes au sein du service. Jamais le conseil de l'ordre n'a été saisi sur une querelle entre médecins.

La clinique rappelle son soutien aux victimes et souligne qu'elle est aussi victime des actes de malveillance qu'auraient commis le docteur Péchier mis en examen par la justice.

"Nous assumerons notre responsabilité si nous sommes mis en cause" ont dit les responsables de la clinique.

L'affaire de l'anesthésiste n'a pas fait chuter le nombre d'admissions au mois de mars au sein de l'établissement. La clinique estime que les produits d'anesthésie font l'objet d'un processus hyper sécurisé. La malveillance reste un acte malheureusement possible. 

La clinique Saint-Vincent contre attaque
Un des médecins anesthésistes y est soupçonné d'avoir empoisonné des malades. Avec Valérie Fakhoury Directrice générale de la clinique - Randall Schwerdorffer, avocat de l'anesthésiste - Gilles Dreyfus-Schmidt,Commission Médicale de l'établissement. Reportage E.Rivallain, D.Colle.

Ce qui est reproché au médecin anesthésiste

Le docteur Frédéric Péchier réputé et apprécié du milieu médical bisontin est suspecté par les enquêteurs de la police judiciaire de l'empoisonnement volontaire et prémédité de sept patients âgés de 37 à 53 ans, entre 2008 et 2017, dans deux cliniques privées de Besançon.

Selon l'enquête, des "doses létales de potassium et d'anesthésique" ont été volontairement administrées à quatre patients de la clinique Saint-Vincent - dont deux sont morts - et à trois patients de la polyclinique de Franche-Comté lors d'opérations sans difficulté particulière.

Frédéric Péchier n'était pas en charge de ces patients, mais il était parfois appelé pour les réanimer. Le médecin conteste les faits. Il encourt une peine de réclusion criminelle à perpétuité s'il est déclaré coupable. Il est actuellement en liberté placé sous contrôle judiciaire. 


Besançon : l'anesthésiste soupçonné d'empoisonnement reste en liberté - France 3 Bourgogne-Franche-Comté

L'anesthésiste reste en liberté sous contrôle judiciaire Le montant de sa caution passe de 60 à 100.000 euros C'est un moment terrible pour moi. Je suis innocent de toutes les accusations à mon encontre a déclaré l'anesthésiste à la presse. "J'ai foi en la justice.


 

Anesthésiste soupçonné d'empoisonnements : la fille d'une des victimes présumées témoigne - France 3 Bourgogne-Franche-Comté

Le médecin anésthésiste mis en examen à Besançon est suspecté de sept empoisonnements dont deux mortels. Parmi les décès sur lesquels enquête la justice, celui d'un homme en 2008 à la Clinique Saint-Vincent. Sa fille raconte avoir toujours soupçonné quelque chose d'anormal.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'ultime visite de la friche de la Rhodiaceta à Besançon

Près de chez vous

Les + Lus