La Rhodiacéta va disparaître. Une ouvrière, un graffeur et un sociologue témoignent avant la destruction de cette friche industrielle de Besançon. Trois personnages pour comprendre l'histoire de ce lieu. Trois personnages pour porter un dernier regard sur la Rhodia.

Reportage : Sofian Aissaoui, Mehdi Bensmaïl, Denis Colle, Jean-Louis Saintain, Joe Gutleben, Bertrand Vigier
Conception : Pascal Sulocha
Recherche documentaire : Aure Enault
Remerciements à Annie Verdy, Nicolas Mensch, Julien, Marc Perroud, Vie des Hauts production et Hélène Lecomte

Une histoire ouvrière et artistique

Elle surplombe les bords du Doubs. Ancien fleuron de l'industrie locale et de la lutte syndicale, la Rhodia est désormais un lieu d'expression pour les graffeurs.

Dans son doucumentaire Tant que les murs tiennent (2016), Marc Perroud laissait voir pour la première fois l'envers du décor de la Rhodia. Le lieu était alors encore debout.
 

La démolition de la Rhodia a commencé pendant l'été 2017 / © Pascal Sulocha
La démolition de la Rhodia a commencé pendant l'été 2017 / © Pascal Sulocha

Aujourd'hui, la Rhodia est vouée à la destruction. C’est le maire Jean-Louis Fousseret en personne qui a démoli la première pierre de l'ancienne usine. Depuis 2015, la ville de Besançon est légalement propriétaire de cette friche de 60 000 m² chargée d’histoire.

La Rhodia for ever : la Rhodia pour toujours / © Pascal Sulocha
La Rhodia for ever : la Rhodia pour toujours / © Pascal Sulocha

La première filature de soie artificielle au monde a fermé ses portes en 1982. Au plus fort de son activité, ce sont 3500 personnes qui travaillaient sur le site de Besançon. Dans l’usine acquise en 1952 par la société Rhodiaceta, le poids des syndicats était fort. En février 1967, alors que l'usine entend baisser leurs salaires de 25%, les ouvriers font connaître leur mécontentement. Ils occupent la Rhodia. Une longue grève commence, annonciatrice des évènements de mai 1968. L'occupation de la Rhodia est pourtant peu médiatisée à l'époque. Mais c'était sans compter sur la caméra de Chris Marker : il immortalisera le conflit dans "A bientôt j'espère".

 

Chris Marker a filmé la Rhodia dans "A bientôt j'espère"

A partir de 1982, la Rhodia est devenue un repaire pour les graffeurs. A l’intérieur, les murs de l’usine sont désormais couverts de graffitis.

C’est au milieu des années 1980 que les premiers tags ont été tracés sur les murs des villes de Franche-Comté.

Des graffitis recouvrent l'immense cathédrale de la Rhodia / © Pascal Sulocha
Des graffitis recouvrent l'immense cathédrale de la Rhodia / © Pascal Sulocha


Le sociologue Nicolas Mensch, spécialiste du graffiti, a réalisé un inventaire des 600 fresques en collaboration avec le photographe Nicolas Walterfaugle ainsi qu’un rapport de 400 pages sur la Rhodia. Dans sa thèse, L’art transgressif du graffiti : pratiques et contrôle social, il raconte l’évolution de cette forme d’art dans la région :

« C’est au milieu des années 1980 que les premiers tags ont été tracés sur les murs des villes de Franche-Comté. Cette pratique a été importée de Paris avec l’ensemble des disciplines du hiphop. […] C’est entre 1996 et 1998 que la plus grande partie des graffiti old school, notamment des fresques, a été peinte dans la capitale comtoise. »
 

Cette fresque a été peinte devant la caméra de Marc Perroud dans "Tant que les murs tiennent" / © Pascal Sulocha
Cette fresque a été peinte devant la caméra de Marc Perroud dans "Tant que les murs tiennent" / © Pascal Sulocha

Quel avenir pour la Rhodia ?

Trente-cinq ans après sa fermeture, la Rhodia va donc être démolie. Les travaux ont commencé en juillet 2017, ils laisseront place à un parc : "Un grand parc urbain de cinq hectares sera  aménagé à l'issue des travaux, en 2019. [...] Nous conserverons les bâtiments historiques du comte Hilaire de Chardonnet, la cathédrale, le château d'eau et le transbordeur ou quai de déchargement des péniches" précise le maire de Besançon. Quant aux fresques peintes sur les murs de la Rhodia, la mairie ne se refuse pas d'en conserver quelques unes. 

Vue d'ensemble du projet Duguet
Vue d'ensemble du projet Duguet

 

Dernière visite de la Rhodia à Besançon

 

▶ Choisissez votre guide ◀