Le feuilleton de la semaine est consacré au travail de Raphaël Helle. Le photographe s'est fondu pendant six mois dans les lignes de fabrication de PSA à Sochaux. La direction lui a donné carte blanche. Un « laisser-passer » rare désormais. 

Rencontre avec Raphaël Helle, photographe de la condition ouvrière.

Le travail photographique de Raphaël Helle a été diffusé et relayé dans de plusieurs revues et sur le site de Médiapart. Derrière chaque cliché il y a des informations qui disent l'évolution de cette usine qui fut la plus grande de France.
On parle beaucoup des résultats économiques ou de la sortie des nouveaux modèles. Moins souvent de ceux qui les fabriquent. Or l'automobile est d'abord une histoire d'ouvriers qui usinent tous les jours et même la nuit des voitures. Des ouvriers de moins en moins visibles à l'écran et dans les medias. Pourquoi ? Parce que les grands groupes automobiles veulent garder le contrôle de leur image.PSA a compté jusqu'à 40 000 salariés dans les années 70. Ils sont moins de 10 000 aujourd'hui. Un témoignage précieux sur la condition ouvrière.

Un reportage d'Emmanuel Rivallain, Denis Colle, Philippe Drouot, Marie Baschung et Stéphanie Chevallier.

Raphaël Helle a photographié les ouvriers de Peugeot Sochaux
Le photographe s'est fondu six mois dans les lignes de fabrication de PSA à Sochaux. Reportage : Emmnanuel Rivallain, Denis Colle, Philippe Drouot et Stéphanie Chevallier.

 

Portrait de femme

Martine, ouvrière sur la ligne habillage caisse des voitures, usine PSA, Sochaux, Doubs, Avril 2013 / © Raphaël Helle
Martine, ouvrière sur la ligne habillage caisse des voitures, usine PSA, Sochaux, Doubs, Avril 2013 / © Raphaël Helle

« Fille d’ouvrier, Martine est cash. Elle accepte sa vie, elle dit ce qu'elle pense. Même si c’est interdit, elle garde toujours son portable dans la poche intérieure de son blouson. Ses enfants en ont chacun un : "Je veux être joignable, c'est comme ça". 

Elle vit à Delle, dans le Territoire de Belfort, à une quinzaine de kilomètres de la Peuge. Ses trois enfants ont entre 11 et 16 ans, elle s’occupe aussi du fils de son compagnon, routier et souvent absent. Pour elle, les journées sont doubles. Elle aime bien son travail qui lui procure salaire et indépendance : "Moi, quand je vais à l’usine, c’est du repos". »

Emmanuel Rivallain, Denis Colle et Philippe Drouot l'ont rencontrée lors du tournage de leur reportage. 




Pascaline, une vie à mille temps


 / © Raphaël Helle
/ © Raphaël Helle


« Pascaline travaille en deux-huit. Les semaines paires, elle est du matin et commence précisément à 5h21 pour terminer à 13h10. Les semaines impaires, elle est "en poste" de 13h10 à 21h12. A la Peuge, il y a des ouvriers qui préfèrent ne travailler que la nuit.

Divorcée et mère de quatre enfants, elle vit à Vaujeaucourt, à une dizaine de kilomètres de l'usine. Son compagnon travaille aussi chez PSA, il a un fils dont elle s'occupe. Pascaline est toujours bien maquillée et souriante, mais elle dit que l’alternance des horaires, les cadences, les soucis avec les enfants l’épuisent. »


 

Les coulisses du tournage racontées sur le blog de Raphaël Helle

Philippe Drouot, Denis Colle et Emmanuel Rivallain lors du tournage du reportage. Photo publiée sur le blog de Raphaël Helle / © Raphaël Helle
Philippe Drouot, Denis Colle et Emmanuel Rivallain lors du tournage du reportage. Photo publiée sur le blog de Raphaël Helle / © Raphaël Helle

Le photographe tient un blog abrité par le Monde. Vous pouvez ainsi vous tenir au courant de ses différents reportages. Raphaël a photographié les coulisses du tournage : "Emmanuel veut connaitre mon point de vue. Moi j'ai travaillé l'envers du décor, le réel ".




Comment voir le reportage photographique en entier ?

Le reportage de Raphaël Helle sur la Peuge a été publié dans le numero 30 de la revue XXI. Vous pouvez aussi réécouter l'émission de France Inter et lire les différents articles sur ce reportage dans la revue de presse publiée sur le blog de Raphaël Helle. 

Les photos de la Peuge sont aussi visibles sur le site LA FRANCE VUE D'ICI



Et ce n'est pas fini ...

Loup Viallet en mars 2015 lors du dépouillement des élections départementales à Seloncourt / © Raphaël Helle
Loup Viallet en mars 2015 lors du dépouillement des élections départementales à Seloncourt / © Raphaël Helle


Raphaël Helle poursuit son travail. Le photographe avait remarqué que de nombreux ouvriers rencontrés lors de son immersion chez PSA votaient Front National. En mars 2015, il a suivi un candidat du parti de Marine Le Pen, Loup Viallet, en lice sur le canton d'Audincourt pour les élections départementales. Un reportage a regardé sur le site LA FRANCE VUE D'ICI

Une exposition des photographies des ouvriers de la Peuge est prévue prochainement à Audincourt.