9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h50 à 10h30
Logo de l'émission 9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Octobre Rose en Bourgogne-Franche-Comté avec 9H50 le matin

Octobre Rose en Bourgogne-Franche-Comté : l'importance du dépistage organisé.
Octobre Rose en Bourgogne-Franche-Comté : l'importance du dépistage organisé.

Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Les chances de guérison sont plus importantes quand il est détecté tôt. Tous les ans, Octobre Rose rappelle l’importance du dépistage. Le docteur Clémentine Jankowski est l’invitée de la matinale du 4 octobre 2017.

Par Fatima Larbi

Revoir l'émission

♦ En Bourgogne Franche-Comté le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein      est de 57% pour l’année 2015-2016

Sur le plan national , il est de 51%, soit une femme sur deux.

Cancer du sein : le dépistage organisé du cancer du sein
Cancer du sein : le dépistage organisé du cancer du sein

Aujourd’hui en France, le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent et le 2e cancer dans la population. Il tue encore 12 000 femmes par an. C’est la première cause de décès par cancer chez la femme. Même si la survie a énormément progressé, statistiquement, une femme sur huit y sera confrontée au cours de sa vie.
Le dépistage précoce est un enjeu important pour mieux guérir cette maladie.

Partout dans le monde, octobre est le mois choisi pour informer et mobiliser contre le cancer du sein. En France, avec comme symbole un ruban le rose, l'opération a pour nom Octobre rose.

♦ Octobre Rose


En 1993,  Evelyn H Lauder qui travaille au sein de la direction de l’entreprise Estee lauder, est touchée par le cancer du sein. Elle utilise la notoriété de son entreprise pour lancer une opération de communication pour soutenir la recherche. L’initiative se propage partout dans le monde et particulièrement en France. Elle rappelle l’importance du dépistage  précoce pour lutter contre cette maladie.
Octobre rose, c'est aussi un temps pour récolter des fonds qui serviront à la prévention, la détection, la qualité de vie des patientes, à la recherche et aux traitements.

En France, entre 1980 et 2005 le nombre de cas de cancers du sein augmente de 138%.
Octobre Rose : un mois pour informer et mobiliser contre le cancer du sein
Octobre Rose : un mois pour informer et mobiliser contre le cancer du sein


En 2015, 54 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués. L’âge moyen du diagnostic est de 63 ans et le taux de survie des patientes après 5 ans est de 86%.
En Bourgogne-Franche-Comté, on estime entre 2 300 et 2 500 les nouveaux cas par an.

♦ Le dépistage


Détecté tôt, ce cancer est plus facile à soigner avec moins de risques de séquelles liés à certains traitements et il obtient de meilleurs résultats thérapeutiques.
L’accent est mis sur le dépistage car plus le cancer du sein estdétecté rapidement, mieux il guérit.
9 cancers du sein sur 10 sont guéris lorsque la maladie est décelée tôt, si la tumeur fait moins d’1 cm et que les ganglions ne sont pas touchés. D’où l’importance d’un dépistage précoce.

Dès 2004, dans le cadre du plan cancer, le ministère de la santé met en place un dépistage précoce sur tout le territoire.
Le cancer du sein touche plus les femmes de plus de 50 ans. Entre 50 à 74 ans peuvent bénéficier tous les 2 ans d’une mamographie gratuite, réalisée dans les meilleures conditions de qualité par des praticiens compétents.
Cet examen radiologique est systématiquement l’objet d’une seconde lecture et doit être accompagné par un examen clinique et un interrogatoire sur les antécédents personnels et familiaux.
Malgré cette mesure, encore trop de femmes ne se font pas dépister, une femme sur 4 ne le fait pas.

En Bourgogne Franche-Comté le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein est de 57% pour l’année 2015-2016 alors qu’elle de 51% au niveau national.
Depuis le début de l’activité en Franche-Comté, plus de 4 900 cancers du sein ont été diagnostiqués dans le cadre du dépistage organisé.
Octobre Rose
Octobre Rose

Les autorités de santé souhaitent atteindre l’objectif de 70% de taux de participation au dépistage pour faire baisser la mortalité de 30%. L’enjeu d’information et de sensibilisation est donc important.

Même si les chiffres sont moindre, le cancer du sein concerne aussi les femmes plus jeunes ( 7% des femmes touchées par la maladie).
Avant 50 ans il est demandé aux femmes de se faire suivre par leurs médecins qui assureront le dépistage mais il leur est aussi recommandé de pratiquer l’auto dépistage ( auto palpation des seins).

L’opération octobre rose réunit de nombreux partenaires associations, ligue contre le cancer, hôpitaux, cliniques, collectivités... De  nombreuses actions sont organisées dans la région.
Octobre Rose : de nombreuses actions dans la région
Octobre Rose : de nombreuses actions dans la région


Clémentine Jankowski, chirurgienne, gynécologue, sénologue au centre Georges François Leclerc, à Dijon, est l’invitée de la matinale, elle montrera comment pratiquer l’auto dépistage du cancer du sein.


Exposition d’art contemporain à l’hôpital de Tonnerre


L’hôpital de Tonnerre accueille une exposition d’art contemporain  dans 3 lieux :
Le collectif d’artistes « Plakat wand Kunst » installent ses œuvres monumentales dans le parc de l’hôpital, sous le regard des visiteurs et des patients jusqu'au 31  octobre.
Hôtel Dieu de Tonnerre : exposition " les patients" de Sylvie Vuillaume
Hôtel Dieu de Tonnerre : exposition " les patients" de Sylvie Vuillaume

L’artiste Sylvie Villaume s’installe dans les locaux de l’Hôtel Dieu, un bâtiment du 13e siècle, avec une exposition nommée "les patients".
L’ancienne pharmacie de l’hôpital est elle aussi un lieu d’exposition. Dans le cadre du programme national Culture et santé, elle accueille l’exposition " prendre soin" qui réunit les œuvres de 13 artistes contemporains ayant travaillé sur le thème du corps.

Frédéric Roussel, directeur du centre hospitalier, a souhaité faire entrer l’art à l’hôpital. Il est l’invité de la matinale.


C’est votre tour est à Saint Julien de Jonzy en Saône et Loire


Pour sa dernière étape dans le Brionnais,  en Bourgogne du Sud,  François Marie Lapchine rend visite à Christophe Wagner,  un ch'ti qui,  depuis 2011,  a décidé de s'installer dans le petit vallon de Saint Julien de Jonzy.
Ferme du val d'enfer : Christophe Wagner élève des vaches de l'Aubrac
Ferme du val d'enfer : Christophe Wagner élève des vaches de l'Aubrac

Dans la ferme du Val d'enfer, il élève des vaches Aubrac et des bretonnes Pie Noire. Il élève aussi des chèvres de la race dite du Massif central,  en voie de disparition.









































A lire aussi

Témoignage instituteur accusé de viol