9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h50 à 10h30
Logo de l'émission 9H50 le matin en Bourgogne Franche-Comté

Les punaises de lit en Bourgogne-Franche-Comté avec 9H50 le matin

Une punaise de lit / © JEWEL SAMAD / AFP
Une punaise de lit / © JEWEL SAMAD / AFP

Avec la mondialisation et l’interdiction de certains insecticides, la punaise de lit a refait son apparition en Bourgogne Franche Comté. Comment les reconnaît-on ? Où vivent-elles ? Comment s’en débarrasser ? David Bouchy répond aux questions de la matinale du 13 septembre 2017.

Par Fatima Larbi

Revoir l'émission

Si vous constatez des piqûres visibles sur votre peau, des petites taches noires ou des traces de sang sur votre matelas ou vos draps … Cela peut être le signe de la présence de punaises de lit dans votre habitation. C’est un véritable problème de santé publique, un fléau pour les personnes contaminées qui ont beaucoup de mal à s’en défaire. Cela a aussi un coût important (entre 200 et 800 euros).

Dans les années 1950 l’utilisation d’insecticides puissants, comme le DDT interdit aujourd’hui, les avait fait disparaître. Depuis les années 1990, elles sont réapparues dans la vie des Français à la faveur de l’intensification des voyages et de la résistance aux produits chimiques. D’abord dans les grandes villes, puis sur tout le territoire, la Bourgogne-Franche-Comté n’est pas épargnée par le phénomène. En mai 2017, les services d’hygiène de la ville de Dijon ont été appelés pour décontaminer les locaux de l’internat du lycée du Castel.


Les punaises de lit ne sont pas uniquement localisées chez les particuliers, on les trouve aussi dans les structures collectives : hôtels, hôpitaux, internats, maisons de retraite… Leur présence n’est pas due à une mauvaise hygiène des lieux, tous les foyers, du plus luxueux au plus modeste, peuvent être infestés.



Les punaises de lit

Ce sont des insectes hématophages, qui se nourrissent de sang, leur nom scientifique est « Cimex lectarius ». C’est une des rares punaises à attaquer l’homme. Elles ne volent pas, se déplacent en marchant rapidement, sont de couleur brune, mesurent 4 à 7 mm et sont visibles à l’œil nu. Le jour, elles se cachent et ces minuscules vampires s’installent plutôt dans les endroits proches de leurs sources de nourriture : les lits, les canapés… On peut aussi les trouver dans tous les recoins à l’abri de la lumière : plinthes, meubles… 70% des punaises de lit s’installent dans les sommiers, les matelas et les têtes de lit.


Leur durée de vie peut varier de 4 mois à un an selon leurs conditions de vie. Selon la quantité de nourriture et la chaleur du lieu de vie, une femelle peut pondre jusqu’à 3 à 8 œufs par jour, soit environ 500 durant toute sa vie.

Les œufs, de la taille d’une tête d'épingle, ont une couleur blanchâtre et sont pondus en grappe dans  de petits espaces. Ils éclosent au bout d’environ 10 jours, les larves commencent à se nourrir dès leur naissance. Elles passent par 5 étapes et deviennent adultes en 5 semaines. La température des habitations accélère le développement et augmente la période de reproduction des punaises de lit.


Les piqûres des punaises de lit apparaissent sur les parties du corps laissées découvertes pendant les heures de sommeil. Au début, les piqûres peuvent être regroupées ou alignées sur le corps. Mais si l’infestation dure, il y en aura partout.

Le plus souvent, ces piqûres entraînent des démangeaisons. Lorsqu’elle pique,  la punaise inocule de la salive qui a un effet anesthésiant et anticoagulant sur sa proie. Chez certaines personnes, cela provoque des réactions allergiques importantes qui nécessitent  la consultation d’un médecin.  Pour les autres, les traces de piqûres disparaissent naturellement.




Lutter contre l’infestation des punaises de lit

Tout d’abord la prévention. Au retour des voyages, il est conseillé de bien vérifier que ces intruses ne sont pas glissées dans les bagages.

Quand il y a infestation :

Dans un premier temps, la lutte mécanique, sans insecticide, est préconisée. Elle évite la mise en place de résistance.

-Aspirer les œufs  et les insectes mais l’aspirateur ne les tue pas.
-Laver le linge contaminé à 60 degrés
-Le nettoyage à la vapeur à 120°C détruit tous les stades des punaises
-Obturer les fissures et les fentes où les insectes peuvent se loger
-Eviter de déplacer ou jeter des meubles ou des objets touchés, ils provoqueraient une nouvelle contamination. Et inspecter les articles usagés avant de les installer chez soi.


Dans un second temps, si l’infestation persiste il est recommandé de  contacter un spécialiste de la lutte anti-parasitaire ou les services d’actions de salubrité ou d’hygiène de la mairie. Ces professionnels de la gestion anti-parasitaire, adopteront des méthodes de lutte qui allient des techniques et produits chimiques efficaces.

Pour les hébergements collectifs, le règlement sanitaire de chaque département prévoit les mesures prophylactiques à mettre en œuvre dans les hébergements collectifs. Il revient au maire de la commune d’implantation de l’établissement de prescrire ces opérations de désinsectisation.

Selon les scientifiques, les punaises de lit ne transmettent pas de maladies. En cas de piqûres importantes, elles peuvent provoquer des anémies.

En cas d’infestation sévère, les personnes touchées voient leur cycle de sommeil perturbé et finissent par être épuisées et entraîner pour certains des difficultés psychologiques.

David Bouchy, directeur d’une entreprise de lutte anti-parasitaire, répond aux questions de la matinale


L’association Vélocité organise l’opération « A vélo au boulot » à Montbéliard



Romain Meyer,  président de l’association Vélocité, vient  défendre le vélo comme moyen de déplacement doux pour  se rendre au travail. L’association organise l’opération « A vélo au boulot » qui coïncide avec la semaine de la mobilité. Le but : inciter les gens qui n’ont jamais pris le vélo à utiliser ce moyen de locomotion. Il s’agit d’un challenge inter-entreprises et administrations qui se déroulera à Montbéliard du 18 au 29 septembre 20017. Des trophées seront distribués aux lauréats avec plusieurs trophées à la clé, pour les salariés et les entreprises.


C’est votre tour est à Frontenaud


Franck Ménestret va à la rencontre des transports routiers  à Frontenaud en Saône-et-Loire
D’après les chiffres officiels fournis par l’union des transporteurs routiers de Bourgogne, notre région manque considérablement de conducteurs de poids lourds ; les entreprises régionales ont formulé plus de 600 demandes, qui ne pourront être satisfaites. Le monde du transport doit s’adapter. C’est le cas de l’entreprise Bardy-Bresse qui  transporte des animaux vivants partout à travers le monde, notamment des vaches montbéliardes, et emploie désormais 80% de conducteurs hongrois.






A lire aussi

La production de tonneaux est relancée par l'abondance des vendanges