Fièvre catarrhale ovine : vaccination obligatoire dans le Jura et le Doubs

© Pixabay
© Pixabay

Le ministère de l'Agriculture a imposé mercredi la vaccination des ruminants contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) dans cinq départements de l'Est, après la découverte en Haute-Savoie d'un cas de cette maladie animale virale guérissable et non transmissible à l'homme.

Par AFP


Fièvre catarrhale : l'inquiétude des éleveurs
Avec Jean-François Saillard, président de Montbéliarde du Jura. Reportage de Claire Schaffner et Hugues Perret.


"Du fait de la mise en évidence d'un nouveau type de virus (sérotype 4) dans le département de Haute-Savoie", le ministère a défini une "zone de protection" couvrant ce département, ainsi que la Savoie, l'Ain, le Doubs et le Jura, selon un arrêté publié au Journal officiel. "La vaccination contre le sérotype 4 est obligatoire dans les départements de France continentale situés en zone de protection", et ce pour toutes les "espèces domestiques sensibles" à la FCO, ajoute le ministère.

Sept autres départements sont en outre placés en "zone de surveillance": Hautes-Alpes, Côte-d'Or, Isère, Rhône, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort. "Un cas de FCO de sérotype 4 a été détecté et confirmé le 6 novembre sur un veau provenant d'une exploitation de Haute-Savoie, sur la commune d'Orcier. L'animal, qui séjournait dans l'Allier, a été abattu le 7 novembre", précise le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

L'origine de ce cas est actuellement inconnue, ajoute le ministère, qui indique que des investigations complémentaires sont en cours. "Il convient toutefois de noter que ce sérotype sévit actuellement avec une acuité particulière en Corse et en Sardaigne, et est également présent en Italie du Nord", indique-t-il. La FCO ou maladie de la langue bleue compte 27 sérotypes différents. La France continentale n'était jusqu'à présent touchée que par le sérotype 8, largement présent depuis 2015.

"C'est le premier cas de sérotype 4 détecté en France continentale, contrairement à la Corse où l'on compte actuellement 193 foyers de sérotype 4", souligne le ministère.

La Corse, également touchée par les sérotypes 1, 2 et 16, qui comme le 4 sont plus dangereux, procède à des vaccinations systématiques de son cheptel. "Conformément à la réglementation européenne, un périmètre de restriction, ainsi qu'une zone de protection et de surveillance, sont mises en place respectivement dans des rayons de 20, 100 et 150 kilomètres autour du foyer", indique le ministère. Une "vaccination d'urgence", prise en charge par l'Etat, est par ailleurs en cours de déploiement afin de "circonscrire la maladie et de maximiser les chances de l'éradiquer".

"Une surveillance va par ailleurs être mise en place dans les différentes zones afin d'évaluer la situation sanitaire", ajoute le ministère, qui a également convoqué une réunion jeudi du CNOPSAV (Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale), "afin d'arrêter la stratégie permettant d'enrayer la propagation de la maladie".

La FCO affecte les ruminants (ovins, bovins, caprins), mais n'a pas d'incidence sur la qualité des denrées (viande, lait). La maladie est toutefois un sérieux frein à l'exportation des animaux et viandes françaises, aggravant la crise que traverse le secteur de l'élevage.


Sur le même sujet

Première pierre posée pour la future piscine de Nevers

Près de chez vous

Les + Lus