Le prix du lait standard annoncé par Lactalis remis en question par la FDSEA 70

© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le géant du lait Lactalis vient d'annoncer qu'il allait augmenter son prix d'achat du lait aux producteurs. Une annonce en trompe l'oeil selon les producteurs de lait de Haute-Saône de la FDSEA qui estiment cette communication "malhonnête". 

Par Isabelle Brunnarius Avec AFP


"Le Groupe Lactalis, suite à des échanges avec les principales organisations de producteurs, a annoncé que le prix du lait qui sera payé
aux producteurs sera à nouveau en forte augmentation sur les trois prochains mois", pour atteindre "plus de 350 euros/1.000 litres dès le mois d'août 2017", indique-t-il dans un communiqué.
Le numéro un français du lait s'attend à "un engagement similaire de la part des distributeurs", ajoute-t-il. Le prix payé aux producteurs ira de 340 euros/1.000 litres en juillet à 350 euros/1.000 litres en août et 360 euros/1.000 litres en septembre pour atteindre à fin septembre 2017, une "progression de plus de 18% par rapport à l'année 2016".

"Cette évolution, attendue par les producteurs de lait suite aux réelles difficultés de 2016, doit nécessairement s'accompagner d'une
hausse des prix de vente de nos produits", a déclaré Daniel Jaouen, directeur général de Lactalis, cité dans le communiqué.

"Certains de nos clients ont déjà fait ce mouvement, d'autres attendaient ces évolutions de prix. Tous nos produits doivent être concernés que ce soient nos marques nationales ou les marques de distributeurs et sur tous les réseaux de distribution. Nous ne doutons pas de leur volonté d'agir dans ce sens", a-t-il ajouté.

Sur fond d'envolée des cours mondiaux de produits comme le beurre, les producteurs de lait français ont repris depuis mi-juin leur mobilisation
pour demander une revalorisation des prix et de leurs revenus, renvoyant dos à dos transformateurs et distributeurs.

En Haute-Saône, cette annonce laisse circonspects les agriculteurs. La FDSEA 70 estime qu'il s'agit d'une augmentation artificielle. En fait, d'après le syndicat agricole, Lactalis a modifié les règles : la rémunération a certes augmenté mais les critères de rémunération ont changé. La plupart des agriculteurs travaillant avec Lactalis devraient perdre leur bonication et donc ne pas être concernés par cette augmentation. 

Avant, le lait était rémunéré sur une base de qualité imposant 3.8% de matière grasse et 3.2% de protéines. En Haute-Saône, les producteurs qui vendent leur lait à Lactalis bénéficiaient d'une bonification car leur qualité était supérieure ( autour de 4% de matière grasse et de 3.3% de protéine) mais ce bonus s'envole puisque Lactalis a défini le prix de base selon des nouveaux critères : 4.1% de matière grasse et 3.3% de protéine. 
Sur le nouveau prix annoncé par Lactalis, il faudra donc enlever 13.5 euros pour 1000 litres de lait. C'est pourquoi la FDSEA 70 dément cette augmentation du prix du lait par Lactalis.

Les deux tiers du lait collecté en Haute-Saône est acheté par Lactalis, Sodial ou Milleret. Depuis le début de l'année, Milleret et Hermitage rémunèrent leur fournisseur sur un prix de base de 313 euros les 1000 litres de lait et Lactalis en moyenne 305 euros. La FDSEA rappelle que pour qu'un exploitant sorte un salaire équivalent à un smic et demi, il faut que son lait soit acheté 340 euros les 1000 litres. 


Depuis, plusieurs distributeurs français ont affiché leur solidarité, certains comme Intermarché ou Leclerc indiquant même clairement leur volonté d'augmenter leurs tarifs. Tous ont toutefois réclamé aux industriels et transformateurs davantage de visibilité sur la part des hausses de prix qui sera effectivement reversée aux éleveurs.

Sur le même sujet

Accident du travail chez Badoz à Pontarlier

Près de chez vous

Les + Lus