Histoires 14-18 : “La vache qui rit” née de la guerre

© Pathé Gaumont/Maison de la Vache qui Rit
© Pathé Gaumont/Maison de la Vache qui Rit

Par France 3

Cette vache rouge, symbole fromager mondialement connu, est née pendant la guerre sur un camion de ravitaillement. Œuvre du dessinateur animalier Benjamin Rabier, elle tape dans l’œil d’un certain Léon Bel qui en fera l’une des premières marques modernes.

Au début de la guerre, Léon Bel, jurassien de 36 ans, affineur et négociant en gruyère de comté, est affecté au 7ème escadron du train, plus précisément au régiment de « Ravitaillement en Viande Fraiche » (RVF). Ce sont des autobus parisiens qui ont été transformés en camions garde-manger. Les vitres remplacées par des grilles métalliques, les carcasses suspendues à des crocs de bouchers. Les véhicules acheminent jusqu’à 1 800 kilos de viande des centres d’abattage au cantonnement des troupes.

Histoires 14-18 : "la vache qui rit" née de la guerre
Source archives : - Pathé Gaumont - Maison de la Vache qui Rit  - France 3 - F. Cicolella

En 1917, pour remonter le moral des soldats, l’armée lance un grand concours pour doter chaque unité d’un emblème spécifique. C’est Benjamin Rabier qui l’emporte pour le régiment de ravitaillement en viande. Prodige du dessin animalier, le quinquagénaire a déjà illustré les plus grands auteurs et se lance dans le dessin animé. Il sait donner des expressions à toutes les bêtes même si la vache lui donne du fil à retordre. « j’ai passé des nuits blanches pour y arriver « dit-il, louant une mère et son petit à son laitier. C’est finalement une vache hilare qui sera apposée sur les camions. Surnommée « la Wachkyrie », allusion aux Walkyries teutonnes mises en musique par Wagner et qui ornent les véhicules allemands.

Lorsque Léon Bel lance sa marque de fromage fondu industriel en 1921, il se souvient de cet emblème cotoyé durant deux ans. Il appose un animal souriant ,en pied, sur une boîte en métal, sous le nom de « vache qui rit, fromage moderne ». Mais il n’est pas satisfait…Il relance donc un concours en 1923 que Benjamin Rabier, désormais auteur du canard Gédéon, remporte à nouveau. La vache sera rouge avec un mufle blanc, portera des boucles d’oreille dans une mise en abîme à l’infini. Elle évoluera bien sûr au fil du temps et des modes. Mais c’est bien pendant la guerre, que son visage est né, ainsi que son sourire énigmatique, en plein cœur de la tragédie.


 

Sur le même sujet

Procès du vol à l'arraché ayant entraîné la mort à Sens

Près de chez vous

Les + Lus