Législatives 2017 : les candidats engagés dans les 15 circonscriptions de Bourgogne

[CARTE INTERACTIVE] Quinze batailles s'engagent dans les circonscriptions de Bourgogne pour le premier tour des législatives 2017. Alliances, désistements, candidatures dissidentes... Voici le récapitulatif des Bourguignons candidats pour un siège à l'Assemblée nationale.

Par Valentin Pasquier

À peine un mois après l'élection présidentielle, les citoyens devront revenir aux urnes pour élire leurs députés. De leur côté, hommes et femmes politiques retournent en campagne pour défendre ou prendre un siège à l'Assemblée nationale.

Dans les quinze circonscriptions de l'ex-région Bourgogne, sept députés cèdent leur place. Deux - Thomas Thévenoud et Laurent Grandguillaume - souhaitent se retirer de la vie politique.

Quatre autres, entravés par la nouvelle loi sur le cumul des mandats, ne peuvent superposer leurs mandats locaux à ceux de députés. Ainsi, Marie-Louise Fort (Sens), Edith Gueugneau (Bourbon-Lancy), François Sauvadet (département de Côte-d'Or) et Alain Suguenot (Beaune) font le choix de se concentrer uniquement sur leurs fonctions locales.

Enfin, Martine Carrillon-Couvreur, députée de la Nièvre depuis 2002, tient sa promesse de ne pas briguer un quatrième mandat. Elle compte laisser les rênes à Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre depuis 2011. À l'image de la députée, la plupart des élus sortants ont pensé à leur succession.


Les trouble-fête macronistes


Des plans souvent remis en cause par l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence et le déploiement à travers toute la France, pour les législatives, de 428 candidats de son mouvement, La République en marche.

En Bourgogne, seul Jean-Yves Caullet (2e circonscription de l'Yonne) est à la fois sortant et candidat En marche!. Le député-maire d'Avallon, élu sous la bannière PS, a démissionné du parti pour rejoindre le mouvement macroniste en janvier 2017.

Dans les autres circonscriptions, l'arrivée de ces candidats de la majorité présidentielle redistribue les cartes. Le successeur d'Alain Suguenot (Les Républicains), dans la 5e circonscription de Côte-d'Or, se trouve en position inconfortable. Face à lui se présente Didier Paris, ancien sous-préfet de Beaune. Même constat du côté de la 1re circonscription de Saône-et-Loire, avec la présence de multiples listes de gauche pour prendre la suite de Thomas Thévenoud.

Des places convoitées


Les députés Christian Paul (2e circonscription de la Nièvre) et Guillaume Larrivé (1re de l'Yonne) seront eux-aussi confrontés à des macronistes. Ils semblent cependant moins en difficulté que Philippe Baumel, qui doit composer avec l'investiture En marche! du maire d'Autun Rémy Rebeyrotte.

Certaines autres zones sont encore plus vulnérables à l'alternance. On peut citer les 1re et 3e circonscriptions de Côte-d'Or, où la gauche avancera très divisée. Celle du nord de l'Yonne (3e), laissée par Marie-Louise Fort (LR) est, elle, à la fois convoitée par le FN et En marche!.

A noter que deux candidats aux élections législatives se sont retirés après avoir déposé leur candidature en préfecture :
- Philomène Baccot dans la 2e circonscription de Saône-et-Loire
- Lucas Maitrot dans la 3e circonscription de Côte-d’Or

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Accident du travail chez Badoz à Pontarlier

Près de chez vous

Les + Lus