Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Feuilleton : la naissance de l’orgue de Charolles

L'orgue de Charolles, installé dans l’église Sainte-Croix, inauguré les 2 et 3 juillet 2016.
L'orgue de Charolles, installé dans l’église Sainte-Croix, inauguré les 2 et 3 juillet 2016.

En 2003, des passionnés lancent un projet fou : reconstruire un orgue dans l’église Sainte-Croix de Charolles, en Saône-et-Loire. Il leur a fallu 12 ans pour réussir leur pari. L’orgue de Charolles est devenu réalité. Il sera inauguré samedi 3 et dimanche 4 juillet 2016.

Par Romy Ho-A-Chuck avec B.L.

Premier épisode : l’accordage et les premières notes

L’une des tâches les plus délicates du facteur d’orgue est l’accordage de l’orgue. Il doit faire en sorte que l’harmonie soit juste au niveau du son. Pour cela, il peut découper des tuyaux car si le tuyau est trop grand, la note ne sera pas assez juste.

Il fait également jouer la courbure des anches qui s’appelle l’harmonie des anches. En modifiant cette courbure, il peut changer la couleur, la vitesse d’attaque. Il joue également sur la température des tuyaux en étain. Ce travail se fait en duo avec un organiste qui se trouve au clavier. L’harmonisation dure entre 6 à 8 semaines. Près de 2 000 tuyaux seront ainsi accordés.

Le reportage de Romy Ho-A-Chuck, Damien Boutillet, Samuel Verrier et Patrick Jouanin
Intervenants :
  • Quentin Blumenroeder, facteur d'orgue
  • Guillaume Prieur, organiste de la cathédrale Saint-Jean à Lyon
  • Loïs Belton de Lucenay, présidente de l'association des Amis de l'orgue de Charolles

Deuxième épisode : dans l’atelier du facteur d’orgue à Haguenau en Alsace

L'orgue de Charolles a été fabriqué en Alsace. Après un appel d’offres lancé en 2013 par la ville de Charolles, maître d’ouvrage,  le marché a été attraibué à la manufacture Blumenroeder connue pour ses restaurations d’instruments historiques.  L’atelier, dont la réputation est internationale, est situé à Haguenau, à 5 heures de route du pays charollais. Il est situé dans une ancienne grange dimière.

Le bâtiment est organisé de sorte que tout soit fait sur place : l'atelier d’ébénisterie, le stockage du bois, une fonderie… L’orgue de Charolles est en cours de finition. Il atteint une hauteur de près de 8 mètres. C’est l’un des plus grands ouvrages que la manufacture Blumenroeder ait fabriqué. Près d’une dizaine d’artisans et de compagnons ont participé à son élaboration.


Le reportage de Romy Ho-A-Chuck, Tania Gomes et Patrick Jouanin
Intervenants :
  • Quentin Blumenroeder, facteur d'orgue
  • Christian Schalck, concepteur-dessinateur
  • Marc Frohn, sculpteur sur bois

Troisième épisode : l’arrivée de l’orgue démonté à Charolles

L’orgue a été démonté à Haguenau. Un semi-remorque n’a pas suffi. Il a fallu deux camionnettes et deux voitures pour les 7 artisans et compagnons qui montent l’ouvrage. Il a été livré le 5 octobre 2015 à Charolles. Les membres de l’association des Amis de l’orgue de Charolles étaient présents pour aider au déchargement.

L’orgue de Charolles a coûté près de 400 000 euros. La ville de Charolles a financé 27% du coût de l’instrument. Le ministère de la Culture, la Région, la communauté du charollais, la fondation du patrimoine ont apporté leur contribution. L’association des Amis de l’orgue de Charolles a aussi participé à hauteur de 29% grâce aux donateurs notamment. Ces derniers ont eu leur nom inscrit sur les tuyaux et sculptures de l’orgue. Près de 236 personnes ont parrainé l’orgue de Charolles, dont Willy, un SDF qui a donné deux euros.


Le reportage de Romy Ho-A-Chuck, Tania Gomes, Antoine Dolibeau et Patrick Jouanin
Intervenants :
  • Bernard Veaux, curé de Charolles
  • Quentin Blumenroeder, facteur d'orgues
  • Loïs Belton de Lucenay, présidente de l’association des Amis de l'orgue de Charolles

Quatrième épisode : la genèse du projet

Le montage du buffet de l’orgue a mis près de 3 semaines. Plus de 2 000 tuyaux ont ensuite été mis en place, ce qui a nécessité près d’un mois de travail.
Cet orgue n’est pas le premier de Charolles. Des traces d’un orgue plus ancien ont été retrouvées dans les archives. Une première trace fait état d’une souscription permettant d’acquérir l’orgue en 1840. Mais, dans les années 1860, l’église Saint-Nizier à Charolles est désaffectée au profit d’un nouvel édifice, l’église du Sacré-Cœur.

L’orgue est démonté en 1867, puis remonté en 1868 dans la nouvelle église. L'instrument, par manque d’entretien, est ensuite laissé à l’abandon. Les derniers vestiges datent de 1924. Il a fallu attendre ensuite le 21e siècle pour que le projet de l’association des Amis de l’orgue de Charolles commence à faire son chemin.

Le reportage de Romy Ho-A-Chuck, Damien Boutillet, Samuel Verrier et Patrick Jouanin
Intervenants :

  • Pierre Lenoir, membre de l'association des Amis de l'orgue de Charolles
  • Quentin Blumenroeder, facteur d'orgues
  • Jacques Baujon, membre des Amis de l'orgue de Charolles
  • Loïs Belton de Lucenay, présidente des Amis de l'orgue de Charolles
  • Jacqueline Desloire, vice-présidente de l'association des Amis de l'orgue de Charolles
  • Sonia Renon, institutrice

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Pour les législatives, Maxime Thiébaut quitte Debout la France pour le FN

Près de chez vous

Les + Lus