Anomalies du Creusot: l'ASN demande à EDF d'étendre ses vérifications

Un ouvrier devant les forges d'Areva au Creusot (Saône-et-Loire) le 21 octobre 2016. / © MaxPPP
Un ouvrier devant les forges d'Areva au Creusot (Saône-et-Loire) le 21 octobre 2016. / © MaxPPP

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé ce mardi 19 septembre à EDF d'étendre à de nouveaux composants ses vérifications liées aux anomalies dans les dossiers de fabrication de l'usine d'Areva au Creusot.

Par AFP

Les vérifications demandées à EDF sur l'ensemble des 58 réacteurs du parc nucléaire français devront s'étendre "sur le champ (...) aux composants moulés (et pas seulement forgés) ainsi qu'aux autres composants importants - mais non nucléaires - fabriqués sur les sites du Creusot et aujourd'hui installés sur des réacteurs en fonctionnement", a indiqué l'ASN dans une note d'information publiée mardi sur son site internet.

Cette décision est "sans surprise pour nous", a commenté Dominique Minière, directeur exécutif d'EDF en charge du parc nucléaire et thermique, lors d'une rencontre avec
la presse. "Nous ne modifions pas nos fourchettes de production (d'électricité nucléaire) pour cette année", a-t-il ajouté.

Jusqu'ici, EDF a déjà vérifié et transmis à l'ASN douze dossiers de synthèses sur les éléments forgés, chacun concernant un réacteur. La semaine dernière, l'électricien a affirmé qu'aucun problème de sûreté n'avait été détecté, même si ces dossiers ont concerné 309 composants et ont mis en évidence "471 fiches d'anomalies" (pièce non conforme à une exigence contractuelle ou réglementaire) et "130 fiches de non conformité" (non-respect d'une exigence interne du fabricant).

L'ASN "analyse les bilans transmis par EDF" sur ces douze réacteurs, précise-t-elle dans sa note, ajoutant attendre "le bilan de la revue des dossiers" concernant
les autres réacteurs du parc "au plus tard deux mois avant (leur) redémarrage prévu à la suite de leur arrêt pour renouvellement du combustible".

Cette longue procédure de l'ASN autour de l'usine Creusot Forge d'Areva a été déclenchée en 2014, après la détection d'une anomalie sur la cuve de l'EPR de Flamanville. Après un audit, Areva a mis en évidence des irrégularités dans certains dossiers de fabrication du site. Outre une revue de tous les composants forgés et moulés venant du Creusot, ces anomalies documentaires, par ailleurs objet d'une enquête judiciaire, ont notamment conduit EDF à arrêter le réacteur 2 de la centrale de Fessenheim.

Le dossier concernant ce réacteur est en cours d'instruction auprès de l'ASN.

A lire aussi

Sur le même sujet

Témoignage instituteur accusé de viol

Près de chez vous

Les + Lus