Grippe aviaire : une zone de contrôle temporaire est mise en place en Saône-et-Loire

Avec la grippe aviaire, des zones de contrôle temporaires sont mises en place dans certaines régions de France / © maxppp
Avec la grippe aviaire, des zones de contrôle temporaires sont mises en place dans certaines régions de France / © maxppp

Un cas d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 vient d’être confirmé sur un cygne trouvé mort dans l'Ain. La zone de contrôle temporaire déjà mise en place dans ce département est étendue à 5 communes de Saône-et-Loire.

Par B.L.

Quelles sont les communes concernées ?

La zone de contrôle temporaire mise en place en Saône-et-Loire concerne 5 communes du département : Mâcon, Varennes-lès-Mâcon, Crêches-sur-Saône, Vinzelles et Chaintré.
A noter que sur ce territoire, il n’y a pas d’exploitation professionnelle de production et de vente de volailles ou d’œufs. Mais, dès qu'un oiseau mort de grippe aviaire est découvert, un périmètre de 5 kilomètres est établi et des mesures sont prises automatiquement à l’intérieur de ce périmètre, explique Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire.

Grippe aviaire : une zone de contrôle temporaire est mise en place en Saône-et-Loire
Un cas d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 vient d’être confirmé sur un cygne trouvé mort dans l'Ain. La zone de contrôle temporaire déjà mise en place dans ce département est étendue à 5 communes de Saône-et-Loire. Les explications de Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire.  - Damien Boutillet


Les mesures prises par la préfecture de Saône-et-Loire pour prévenir l’apparition d’influenza aviaire dans les élevages de Saône-et-Loire sont les suivantes :
- la déclaration auprès des maires des cinq communes concernées des basses-cours entretenues par les particuliers. Cette obligation ne s’applique pas aux oiseaux de volière ;
- l’interdiction de sortie de toutes les exploitations de la zone, des volailles, de leurs produits (viande, œuf) ou de leurs litières ;
- la limitation autant que possible des mouvements de personnes, d’animaux domestiques, de véhicules au sein des élevages ;
- la surveillance accrue de l’avifaune.

Quelles sont les consignes de vigilance ?

Le préfet de Saône-et-Loire "appelle à la vigilance tous les acteurs, notamment les vétérinaires, les éleveurs, les chasseurs, les propriétaires particuliers de basses-cours et les autres détenteurs d’oiseaux pour tout mettre en œuvre pour limiter la propagation de ce virus. Cela passe en particulier par une application sans faille des mesures de biosécurité et le signalement de toute mortalité d’oiseaux auprès de la direction départementale de la protection des populations, de l’office national de la chasse et de la faune sauvage ou de la fédération de chasse".

Le seul éleveur présent ce lundi matin 21 novembre à Louhans / © Damien Boutillet
Le seul éleveur présent ce lundi matin 21 novembre à Louhans / © Damien Boutillet


C'est fin 2016 qu'un nouveau virus de grippe aviaire (H5N8) a fait son apparition dans des pays européens voisins. 
Le risque de grippe aviaire a aussitôt été réévalué de "négligeable" à "élevé" dans certaines régions de France, dont la Bourgogne. La vigilance est de mise dans le département de Saône-et-Loire où se trouve une grande partie de la Bresse, là où l’on produit les célèbres volailles.

Depuis plusieurs semaines, des mesures encadrent les marchés de volailles, dont celui de Louhans. Il y a quelques jours, la préfecture a indiqué que à partir du lundi 20 février, trois éleveurs de volailles (et non plus un seul) pourraient vendre des volailles vivantes. Une mesure qui a été assortie de nombreuses contraintes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Besançon : été studieux pour les réfugiés au Secours catholique

Près de chez vous

Les + Lus