Saône-et-Loire : l'usine Allia de Digoin va fermer

Le couperet est tombé lors d'un comité central d'entreprise qui s'est tenu, vendredi 13 mai 2016, au siège d'Allia SAS, en région parisienne. Ce fabricant de sanitaire va fermer deux usines françaises, celle de Digoin, en Saône-et-Loire, et celle de La-Villeneuve-au-Chêne, dans l'Aube.

L'usine Allia de Digoin, en Saône-et-Loire.
L'usine Allia de Digoin, en Saône-et-Loire.
177 emplois sont touchés sur le site de Digoin. Le Journal de Saône-et-Loire évoque une trentaine de postes qui seraient redéployés sur une usine du Loir-et-Cher et une autre emprise au Portugal. Les autres emplois seraient purement et simplement supprimés. Reste à savoir si cette réorganisation est synonyme de 147 licenciements secs. 

Des salariés sous le choc

Les salariés sont sous le choc ! Ils savaient qu'un projet de restructuration était en cours d'élaboration. Il était à l'ordre du jour du comité central d'entreprise de vendredi dernier où une procédure de consultation du personnel était lancée. Mais ils ne s'attendaient pas à la fermeture du site, décidée par le groupe suisse Geberit qui avait racheté Allia SAS l'an dernier. Les personnels en sauront plus quand le plan de sauvegarde de l'emploi sera déclenché mais ils ont eu confirmation par la direction du site que leur usine allait fermer.

L'usine Allia à Digoin, en Saône-et-Loire.
L'usine Allia à Digoin, en Saône-et-Loire.

La réaction des hommes politiques 


Dans un communiqué de presse, André Accary, le président (LR) du conseil départemental de Saône-et-Loire, dit vouloir mettre le Département aux côtés des "familles qui vont subir cette épreuve. Mais j’appelle également l’ensemble des acteurs économiques, aussi bien la Région que l’Etat, à prendre leurs responsabilité devant, ce qui doit être appelé aujourd’hui, un désastre industriel."

Dans un autre communiqué, des élus socialistes du département témoignent également de leur solidarité aux 177 familles. Edith Gueugneau, députée, Jérôme Durain, sénateur, Franck Charlier et Jean-Claude Lagrange, tous deux conseillers régionaux, poursuivent : "nous saisissons dès à présent le Commissariat au Redressement Productif pour expertise et interpellerons sans délai le Ministre de l’économie afin que soient examinées toutes les pistes quant à une reprise éventuelle ou au reclassement des salariés."

Le reportage de D. Boutillet et C. Claveaux avec :
durée de la vidéo: 02 min 04
Saône-et-Loire : l'usine Allia va femer

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter