Saône-et-Loire : le festival du journalisme vivant a lieu à Autun pour la 1ère fois

Faut-il brûler les journalistes ? C'est une des questions posées par le festival du journalisme vivant qui a lieu du 14 au 16 juillet 2017 à Autun, en Saône-et-Loire. / © Pixabay
Faut-il brûler les journalistes ? C'est une des questions posées par le festival du journalisme vivant qui a lieu du 14 au 16 juillet 2017 à Autun, en Saône-et-Loire. / © Pixabay

Pour la première fois, le festival du journalisme vivant animera les rues d’Autun et le sommet du mont Beuvray du vendredi 14 au dimanche 16 juillet 2017. Des intervenants de l'univers du journalisme et de la société civile viendront parler de leur expérience.

Par Myriam Bendjilali

Le journalisme est mort, vive le journalisme !


Le festival du journalisme vivant est organisé par les revues XXI et 6Mois, qui se sont lancées dans le "slow journalisme", un journalisme de récits, d’enquêtes, de reportages. Cet événement est né en 2016 dans le village de Couthures dans le Lot-et-Garonne. Cette année, deux éditions sont prévues, dont l'une en Bourgogne.

 Le festival du journalisme vivant aura lieu du 14 juillet à 9 h 30 au dimanche 16 juillet à 19 h 00. Il se déroulera à Autun et au sommet du mont Beuvray à Bibracte.




Qu’est-ce que le journalisme vivant ?


Regarder les informations à la télévision, lire le journal ou encore écouter la radio : les citoyens sont constamment sollicités par les médias…Mais à travers l’écran ou le papier du journal, que saisissons-nous vraiment du monde et des problèmes qui le traversent ?

Le festival du journalisme vivant propose de répondre à cette question en redonnant vie à la pratique des professionnels de l'information et en mettant l’expérience vécue au cœur de la vie citoyenne. " Le journalisme vivant c’est aussi un état d’esprit, un goût de l’humain, de l’authentique, du terrain, loin du petit club des initiés ", indique le site internet du festival.

Des rencontres, des débats, des ateliers, des tête-à-tête, des spectacles, des concerts, des expositions, des films, des dédicaces et d’autres choses encore sont au menu, le tout dans un cadre naturel et convivial.


Le reportage de Fanny Borius, Romy Ho-A-Chuck et Philippe Sabatier
Intervenants :
-Emilie Blachère, reporter à Paris-Match
-Marie, habitante d'Autun
-Annelise, venue de Lorient
-Béatrice, venue de Perpignan
-Laurent Beccaria, co-fondateur des revues XXI et 6 Mois et co-organisateur du festival



Un programme haut en couleur


Le plus frappant dans le programme c’est l’originalité des thématiques abordées et leur capacité à interroger les citoyens :
  •       Faut-il brûler les journalistes ?
  •       Révolutionner l’éducation,
  •       Faire sortir la BD de ses cases…
  •       Après la bataille…
  •       Crime et châtiment…
     
Et si vous croyez que le festival du journalisme vivant est réservé à une élite, détrompez-vous ! Le festival s’adresse aux personnes de 7 à 97 ans. Des ateliers adaptés seront mis en place pour chaque âge.
On attend des centaines d’intervenants et notamment des journalistes :
  •      Fabienne Sintes (journaliste à franceinfo)
  •      Manon Loizeau  (reporter internationale)
  •      Fabrice Arfi (enquêteur à Mediapart) ...
     
Mais aussi des éducateurs :
  •       Céline Alvarez (pédagogue)
  •       Eline Snel (écrivain et pédagogue)
  •       Isabelle Filliozat (spécialiste de l’éducation positive et non violente)…

     

 

Où manger, où dormir ?


Un camping éphémère et gratuit est à la disposition des festivaliers au stade Saint-Roch, à Autun.

Les restaurateurs et les commerçants d’Autun ainsi que des producteurs locaux sont mobilisés. Le samedi après-midi et en soirée des food trucks et des buvettes seront sur le mont Beuvray.
Différents tarifs sont proposés en fonction des formules choisies (pass journée, pass deux jours, pass demi-journée)
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Cancer du sein : les femmes éloignées du dépistage

Près de chez vous

Les + Lus