Il a battu avec 55,44% des voix le candidat Les républicains Charles Landre (44,56%), chef de file de l'opposition municipale au Creusot. Après des années au PS, sous les couleurs duquel il est devenu maire d'Autun en 2001, Rémy Rebeyrotte, 51 ans, a quitté le parti en 2012 en se présentant aux législatives sous l'étiquette "divers gauche". Il avait alors été battu par le socialiste Philippe Baumel.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


Marié, père de deux enfants, cet Autunois de naissance, professeur d'économie en lycée et à la fac, se dit "issu d'une famille de gaullistes de gauche", venu à la politique par l'associatif. À 18 ans, il crée une structure destinée à lutter contre le chômage.

Quitter la mairie d'Autun


Au niveau local, "on a toujours travaillé ensemble, entre élus de la droite et de la gauche, dans l'intérêt du territoire", fait valoir Rémy Rebeyrotte.
"J'aspire à la même chose sur le plan national." Élu conseiller général en 1994, il s'est arrêté en 2015, "convaincu depuis longtemps
qu'il ne faut pas dépasser trois mandats
". Rémy Rebeyrotte devra donc laisser laisser la main à la mairie d'Autun.