Belfort : guerre fratricide à gauche

© France 3 Franche-Comté
© France 3 Franche-Comté

Etienne Butzbach (MRC) et Yves Ackermann (PS) briguent tous les deux la circonscription de Belfort-nord.

Par Florent BOUTET

video title

Législatives Belfort : guerre fratricide à gauche

D'un coté le maire chevènementiste de Belfort, Etienne Butzbach, qui est soutenu par les instances nationales du PS. De l'autre le président du Conseil général PS, Yves Ackermann, qui est plébicité par les militants socialistes locaux. Les deux s'affrontent pour la circonscription de Belfort-nord.

Légitimité nationale contre légitimité locale. Accord parisien entre socialistes et chevènementistes contre désignation par les militants PS du Territoire de Belfort. Ce sont les ingrédients de cette fracture qui oppose Etienne Butzbach, maire de Belfort, à Yves Ackermann, qui préside le Conseil général.

Le premier, Etienne Butzbach, est l’héritier de Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Ville. Son mentor a obtenu qu’il se présente avec le soutien officiel du PS sur cette circonscription de Belfort-nord. C’est le résultat des tractations qui ont suivi le retrait du « Che » de la course à l’Elysée.

Le second, Yves Ackermann, est la seule figure socialiste de premier plan du Territoire de Belfort. Il avait été désigné par sa fédération avant les tractations nationales avec le MRC pour représenter le PS sur Belfort-nord. Il refuse donc de laisser une place qui lui était au départ réservée.

<<< voir notre décryptage en image diffusé dans le 19/20 de ce mercredi.

Yves Ackermann a prévenu : il se présentera bien en candidat dissident, même s’il risque l’exclusion du PS. Il estime que le premier tour des législatives permettra aux électeurs de désigner le candidat de gauche qui sera le mieux placé pour le second tour.

Etienne Butzbach estime lui que la gauche pourrait être éliminée au soir du premier tour si deux candidats de la nouvelle majorité présidentielle se confrontent dans les urnes. Il pense que dans ce cas là, ni Yves Ackermann, ni lui-même ne pourraient être certains de dépasser 12,5% des inscrits pour se maintenir. Une telle situation pourrait laisser place à un second tour entre l’UMP sortant Michel Zumkeller, et le Front National.

Pour aller plus loin : le blog-politique de France 3 Franche-Comté.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Macron veut augmenter les revenus des agriculteurs

Près de chez vous

Les + Lus