Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Belfort : trois plaintes contre des propos islamophobes tenus à l’occasion de l’Aïd

Christine Tasin à l'occasion de l'Aïd el Kébir à Belfort, le mardi 15 octobre 2013. / © France 3 Franche-Comté / F. Buridant
Christine Tasin à l'occasion de l'Aïd el Kébir à Belfort, le mardi 15 octobre 2013. / © France 3 Franche-Comté / F. Buridant

Trois associations musulmanes ont déposé une plainte pour des faits d'injures publiques en raison d'une appartenance religieuse. Qui en est l'auteur ? Qui sont les plaignants ? Notre article vous permettra d'y voir plus clair.

Par Coralie Roland

Ces plaintes font suite à des propos islamophobes tenus par Christine Tasin, présidente de l’association Résistance républicaine, et filmés par un témoin. Ca s’est passé à Belfort devant les musulmans venus célébrer l’Aïd. Des propos réitérés sur son blog.
"L'islam est une saloperie et c'est un danger pour la France", a notamment déclaré Christine Tasin durant ce vif échange avec Olivier Benamirouche, responsable de la coordination contre le racisme et l'islamophobie (CRI France) sur le Territoire de Belfort. La vidéo de cet échange avait été vue près de 26 000 fois sur YouTube, en date de dimanche à 12h.
Les trois plaignants sont la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM) ainsi que l'association des musulmans du Territoire de Belfort, sans oublier Résistance citoyenne, micro-parti politique à Belfort proche de la communauté musulmane locale, selon l'Est Républicain.
Belfort : plaintes après des propos islamophobes
Les images ont été tournées mardi dernier, à l'occasion de l'Aid à Belfort. La femme en rouge est Christine Tasin, militante anti-islam. Dans ce reportage, vous entendrez l'interview d'Ali Sahab, président de l'association des musulmans de Belfort.

Qui est Christine Tasin ?

Ancienne professeure de lettres classiques aujourd’hui retraitée, Christine Tasin a exercé en Bourgogne. Sur son blog, elle se décrit comme "militante républicaine et laïque."
Dans son article intitulé Bouffeuse d’Islam, paru en 2011 dans le journal Libération, Catherine Corroller a écrit : "Sa condamnation de la religion musulmane est totale. Sans nuances. La «vocation de l’islam [est d’] imposer ses rites, règles, iniquités, inégalités, monstruosités à tous, qu’ils le veuillent ou pas». Et «les musulmans modérés, ça n’existe pas»."
Le compagnon de Christine Tasin est Pierre Cassen, fondateur du site Riposte républicaine, créé en 2007, ancien responsable du site Respublica. Pour ce site, Christine Tasin est l’auteur de quelque 670 billets, ce qui fait d’elle la première contributrice. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle persiste et signe sur ce site après son passage à Belfort. A la rubrique Qui sommes nous ?, les auteurs du site Riposte laïque expliquent se réclamer "des principes laïques et républicains, et [ce site] réunit des patriotes de gauche et de droite qui n’acceptent pas l’islamisation de leur pays, et le silence complice de la gauche et de la droite, devant ce péril mortel pour [leurs] valeurs."
Christine Tasin revendique également la maternité du site Résistance républicaine, elle en porte d’ailleurs le logo en boutonnière à Belfort. Il s’agit d’une "association apolitique", fondée en 2010 qui notamment pour objectifs de "mener des actions de différents ordres visant à dénoncer et à contrecarrer les menées subversives ou troublant l’ordre public de tous individus ou organisations agissant sous couvert d’activité prétendument religieuses, notamment islamiques; mener des actions visant à empêcher que les lois religieuses ne se substituent aux lois de la République." (Source : déclaration de création de l’association au Journal officiel)
 

Qu’est-ce que la LDJM et qui est Karim Achoui ?

Sur son profil Facebook, la Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans - LDJM explique être une "une association en cours de formation, pour lutter judiciairement contre les actes islamophobes". Elle est aujourd’hui présidée par Karim Achoui.
"Face à la montée islamophobe alarmante de ces dernières semaines, face aussi au sentiment de panique générale qui, dans le même temps, s'est emparé de nos compatriotes français de confession musulmane et d'un nombre de musulmans vivant sur le territoire français, j'ai fondé avec le concours d'avocats, de juristes, et professionnels du droit la Ligue de Défense Judicaire des Musulmans (LDJM) (…) Je poursuivrai ce combat judiciaire pour l'égalité de nos droits et surtout pour l'abolition de cette islamophobie à la française, être musulman en France ne doit plus être considéré par nos dirigeants et l'autorité publique comme une menace à la laïcité ou une atteinte aux principes généraux du droit. Chaque fois qu’une dérive sera commise à l'encontre d'un musulman, la Ligue répondra judiciairement à ces atteintes." (Source : Le site de l'association LDJM)
Si vous suivez un peu l’actu, vous avez entendu ces dernières semaines le nom de cet ancien avocat, radié du barreau. Et pour cause : à la mi-septembre, six personnes comparaissaient en justice à Paris pour avoir pris part à une tentative d’assassinat à son encontre. C’était en 2007. En première instance, les six accusés ont été acquittés. Le Parquet a fait appel contre deux d’entre eux.
Moins récemment, Karim Achoui a été mis en examen en 2003 pour complicité dans l’évasion de la prison de Fresne de l’un de ses clients, Antonio Ferrara. K. Achoui a été acquitté en octobre 2010.
 

Qu’est-ce que le CRI France ?

La Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie en France a été créée en novembre 2008 dans le Rhône. Elle est présidée par Abdelaziz Chaambi.
Pour cette association, "les discriminations multiples dont sont victimes les citoyens français musulmans sont incompatibles avec une société de droit. (…) Le CRI se veut un outil durable et accessible à toutes les victimes de racisme et toutes les personnes éprises de justice, afin de combattre juridiquement, socialement, culturellement et surtout politiquement ce qui relève aujourd’hui d’un phénomène systémique. L’objectif est que les pouvoirs publics, au-delà des déclarations creuses, prennent conscience de la gravité de la situation et agissent enfin pour éradiquer ce fléau." (Source : Le site du CRI France)

Sur le même sujet

Législatives : André Villiers, le président centriste du département, entretient le mystère.

Près de chez vous

Les + Lus