Les trois squelettes humains découverts dans l'Yonne ont plus de 100 ans

C'est dans ce jardin à Gurgy, que trois squelettes avaient été découverts le 7 juin / © FTV
C'est dans ce jardin à Gurgy, que trois squelettes avaient été découverts le 7 juin / © FTV

Les trois squelettes découverts le mercredi 7 juin dernier à Gurgy dans l'Yonne ont plus d'un siècle. L'hypothèse d'un ancien cimetière est confortée.    

Par Tiphaine Pfeiffer

Le mystère s'éclaircit peu à peu autour des trois squelettes humains découverts à Gurgy dans l'Yonne le mercredi 7 juin 2017.
Dès le lendemain, l'hypothèse d'un lien avec l'affaire criminelle des "disparues de l'Yonne" avait été écartée notamment en raison de l'alignement des corps et la présence d'un individu masculin.

Les analyses, par coloration au bleu de Nil, réalisées par l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale ont révélé ce vendredi 16 juin 2017 que ces ossements humains ont plus de 100 ans

Une enquête historique


Ces résultats corroborent le travail d'expertise réalisé cette semaine par l'Institut National de recherche d'archéologie Préventive de Dijon (INRAP). Selon les chercheurs, plusieurs indices laissaient à penser qu'il s'agissait de très anciennes sépultures chrétiennes :
  •  le positionnement des squelettes (alignés ou parallèles entre eux)
  • la disposition des ossements (membres en extension, alignés suivant un axe est- ouest, avec la tête tournée vers l'est)
  • l'absence de tout objet contemporain
  •  l'étude des couches sédimentaires ne mettant en évidence aucune activité humaine contemporaine

Selon la procureure de la République d'Auxerre, Sophie Macquart-Moulin : "Tout lien avec une affaire criminelle ou disparition récente est ainsi exclu. Ces résultats permettent de clore l'enquête en cours." 

A lire aussi

Sur le même sujet

Procès du vol à l'arraché ayant entraîné la mort à Sens

Près de chez vous

Les + Lus