Mâcon : marche silencieuse des viticulteurs contre l'esca

Un cortège funéraire organisé par l'union viticole 71 a rassemblé environ 500 viticulteurs de toute la Bourgogne. Les manifestants ont demandé à l'Etat de les soutenir à éradiquer la maladie de l'esca.

  • Par Muriel Bessard
  • Publié le , mis à jour le
Les viticulteurs manifestent à Mâcon en Saône-et-Loire © France 3 Bourgogne

© France 3 Bourgogne Les viticulteurs manifestent à Mâcon en Saône-et-Loire

Le défilé est passé par la mairie de Mâcon et la préfecture de Saône-et-Loire. L'idée des manifestants est d'alerter les pouvoirs publics sur leur situation et leur demander de l'aide dans leur ,lutte contre l'esca une maladie qui affecte en profondeur les ceps de vigne et qui contraint parfois les vignerons à les arracher.

En Saône et Loire, cette année 4 % des pieds ont été arrachés à cause de l'esca. Sachant qu'un pied replanté ne produit pas avant 3 ou 4 ans, la maladie a également des conséquences sur la production toute entière : la baisse de rendement par an est évaluée à 10 voire 15 %. Un phénomène qui selon les viticulteurs pourrait avoir des conséquences sur l'emploi si rien n'est fait.

Mâcon : marche silencieuse des viticulteurs contre l'esca

500 viticulteurs bourguignons ont défilé pour demander l'aide des pouvoirs publics


« Si on ne fait rien, dans 10 ans, on n’est plus là » avait expliqué Robert Martin, le président de l’Union Viticole 71 au préfet lors d'un déplacement le 18 septembre dernier. Selon lui, le coût potentiel de remplacement des pieds de vignes touchés par l’esca est de 8,5 millions d’euros par an.

Un rapport récent de l'IFV (Institut français de la vigne et du vin) montre que le constat concernant l'esca est le même dans tous les vignobles français : le nombre de cas a explosé cette année. Avec un début de printemps doux, les symptômes sont apparus tôt dans la saison, puis la pluie et le coup de chaud d'avant les vendanges n'ont rien arrangé. Résultat, d'après l'IFV, dans les parcelles les plus sensibles, 10 à 20 % des pieds ont pu être atteints, voire jusqu’à 50 % dans certaines situations.

La situation des viticulteurs bourguignons est d'autant plus difficile cette année que la récolte est historiquement faible (25 à 50% de moins en moyenne selon les vignobles). Mais à cela s'ajoute également le problème de la flavescence dorée, une redoutable maladie propagée par un insecte et qui frappe actuellement la Saône-et-Loire.






 

L'esca

Sur son site internet, l'Institut français de la vigne et du vin explique que l'esca est une maladie associée à la présence de plusieurs champignons. Selon la Chambre d'agriculture de l'Yonne, elle est apparue au début des années 2000 dans l'Yonne avant de se répandre en Côte-d'Or et en Saône-et-Loire. Elle est devenue aujourd'hui une des principales maladies du bois et de la vigne au point qu'en 2009 un réseau d'expérimentation a été mis en place dans le vignoble bourguignon pour l'étudier et tenter de trouver des parades à sa progression.
Les 1ers résultats font apparaître que les symptômes de la maladie s'expriment de préférence sur des pieds âgés d'au moins 6 à 7 ans et que c'est sur les pieds de 15 à 20 ans que se situe le pic d'expression. Par ailleurs, ces symptômes apparaissent en général plusieurs années après la contamination.

  • Vendanges en Corrèze : se faire une place en Nouvelle-Aquitaine

    Les vendanges battent leur plein et notamment en Corrèze dans le Pays de Brive. Si on est loin des 16 700 hectares de la fin du XIXe siècle, les viticulteurs ne renoncent pas à se faire une place dans la terre viticole de la Nouvelle-Aquitaine. Une AOC pourrait bientôt voir le jour.

    Mis à jour aujourd'hui à 16h13
  • Ain: dans les vignobles les machines remplacent les vendangeurs

    Dans l'Ain, il n'est pas rare de croiser des machines agricoles au coeur des vignes. elles remplacent souvent les vendangeurs saisonniers. La mécanisation des vendanges semble être une solution pour récolter plus vite, à moindre coût et, semble-t-il pour faire un vin de qualité.

    Mis à jour le 26/09/2016
  • Une drôle de machine pour les vendanges

    Les vendanges se poursuivent. C'est au tour des rouges d'être ramassés. Au Château Haut-Lagrange à Léognan, une drôle de machine vient en aide aux ramasseurs.

    Mis à jour le 26/09/2016
les + lus
les + partagés