publicité

Yonne : La pénurie de pompiers-volontaires à Mézilles entraîne la fermeture du centre de secours

A Mézilles, dans l'Yonne, les pompiers quittent la commune ! Faute de pompiers-volontaires, le centre de première intervention (CPI) va baisser le rideau. Il ne reste plus que deux soldats du feu sur place, ils rejoindront le centre de secours voisin de Saint-Fargeau au 1er janvier prochain.

  • F.L.
  • Publié le 28/11/2013 | 12:00, mis à jour le 28/11/2013 | 12:00
La caserne de Mézilles (Yonne) va demeurer fermée au 1er janvier prochain. © FTV
© FTV La caserne de Mézilles (Yonne) va demeurer fermée au 1er janvier prochain.

Centre de première intervention

Alors qu'il devraient être huit pompiers au centre de Mézilles, il n'en reste plus que deux, faute de volontaires !
Ils effectuent des interventions de défense incendie, mais aussi diverses missions au service de la population (gestions des inondations, déblaiements...).

Regroupés au centre de Saint-Fargeau

Comme le centre de Mézilles va fermer, son matériel est en vente :
Le camion-citerne est à vendre, la voiture a déjà trouvé preneur.
Pour le maire de Mézilles, Daniel Foin (SE), ce départ n'est pas une surprise, mais il regrette déjà cette absence future pour les 600 habitants de sa petite commune, c'est l'action de proximité avec la population qui va manquer, selon lui.
Les deux pompiers vont rejoindre le centre de secours de Saint-Fargeau, distant de 5 kilomètres.

Le reportage de Baziz Djaouti et Claude Heudes à Mézilles
Intervenants:
  • Romain Ravot, Pompier-volontaire, centre de première intervention de Mézilles
  • Daniel Foin, Maire de Mézilles (SE)
Pénurie de pompiers volontaires à Mézilles
A Mézilles, dans l'Yonne, les pompiers quittent la commune ! Faute de pompiers-volontaires, le centre de première intervention (CPI) va baisser le rideau. Il ne reste plus que deux soldats du feu sur place qui vont rejoindre le centre de secours voisin de Saint-Fargeau. Ces pompiers effectuaient des interventions de défense incendie mais aussi diverses missions au service de la population (gestions des inondations, déblaiements...). Pour le maire, ce départ n'est pas une surprise mais il regrette déjà cette absence future pour les quelques 600 habitants de sa petite commune.





les + lus

les + partagés