publicité

Decize : les salariés d'Anvis et de Faurécia se rassemblent pour défendre l'emploi

Mercredi 7 mai 2014, entre 13h et 15h, une intersyndicale a appelé les salariés des deux équipementiers à se rassembler pour défendre l'emploi dans l'industrie automobile. Au même moment, les dirigeants de Tokaï Anvis étaient reçus à Bercy par le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg.

  • M. Ba
  • Publié le , mis à jour le
Le 1er avril dernier, la Direction du groupe Tokai Rubber Industries a annoncé la suppression de 220 emplois sur 445 sur le site d'Anvis de Decize.

Le 1er avril dernier, la Direction du groupe Tokai Rubber Industries a annoncé la suppression de 220 emplois sur 445 sur le site d'Anvis de Decize.

Un nouveau bras de fer s'annonce entre Arnaud Montebourg et une multinationale, en l'occurrence Tokaï. Le groupe japonais a annoncé, il y un mois, l'arrêt d'ici la fin de l'année de l'activité pièces automobiles sur le site Anvis de Decize. Résultat, 220 emplois seraient supprimés sur les 450 que compte le site. 194 salariés seraient licenciés. Le ministre de l'Economie et du Redressement productif va tenter de convaincre les dirigeants de l'entreprise de revoir leur copie. Il pourrait être évoqué d'autres pistes pour limiter la casse sociale telles que faire appel à d'autres partenaires industriels désireux de s'implanter.

Au même moment, les salariés d'Anvis ont débrayé et se sont rassemblés devant leur usine entre 13h et 15h. Ils se disent déterminés à ne pas capituler sans lutter. Leurs représentants syndicaux recensent toutes les idées pour maintenir de l'activité sur le site. Ces grévistes ont été rejoints par des salariés de l'usine Faurécia, basée à Cercy-la-Tour et spécialisée dans la fabrication de sièges automobiles. Ces derniers sont également inquiets pour leur avenir. 

Rappelons que le groupe Tokaï a justifié sa stratégie de délocalisation en Roumanie par la crise du marché de l'automobile en Europe. Selon la direction, le site decizois aurait généré 14, 5 millions d'euros de pertes opérationnelles au cours des quatre dernières années. Les salariés de Faurécia redoutent d'être les prochains sacrifiés du marasme économique.

Decize : rassemblement des salariés d'Anvis et de Faurécia

Reportage de Régis Guillon et Fabien Madigou avec :
  • Hervé Nicard, CGT-Anvis-Tokai-Decize
  • Chantal Monique, CFDT Anvis-Tokai-Decize
  • Bernard Lion, CGT-Forécia-Cercy-la-Tour
  • Alain Lassus, maire PS de Decize
 
les + lus
les + partagés