publicité

Il y a 12 ans des Bourguignons mouraient dans un crash à Charm el-Cheikh : le parquet requiert un non-lieu

Douze ans après le crash du Boeing 737 qui avait fait 148 morts dont 21 Bourguignons à Charm el-Cheikh, en Egypte, le parquet de Bobigny estime que des poursuites ne sont pas justifiées et requiert un non-lieu.

  • B.L. avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
Charm el-Cheikh en Egypte

Charm el-Cheikh en Egypte


Le 3 janvier 2004, trois minutes après son décollage de la station balnéaire à destination de Paris, l'appareil de la compagnie égyptienne à bas coût Flash Airlines s'était abîmé en mer Rouge.

Selon le site Atlantico, qui a révélé l'information, le parquet de Bobigny estime que les pilotes sont responsables "de nombreux manquements et de calculs approximatifs" et que la compagnie aurait employé un équipage "dont la compétence réelle était sujette à caution". Mais, ajoute le site Atlantico, les pilotes étant morts dans l'accident, le parquet a constaté l'extinction de l'action publique.

Une enquête judiciaire pour "homicides involontaires" avait été ouverte le jour de la catastrophe. Elle avait donné lieu à 37 tomes de procédure, sans qu'aucune mise en examen n'ait été prononcée.

Très engagées dans la procédure, les familles avaient publié en juin 2007 leur propre rapport d'experts. Le document épingle tous les acteurs, y compris la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), pour n'avoir pas interdit de vol la compagnie.

Le juge d'instruction dispose désormais d'un mois pour décider s'il y aura ou non un procès. En parallèle de l'enquête judiciaire, des procédures civiles ont été engagées par les ayants droit des victimes. Le dossier compte plus de 600 parties civiles.

La Bourgogne a été particulièrement touchée par ce drame aérien

Trois familles de Côte-d’Or et de l’Yonne figurent parmi les victimes du crash :

"Nous n'allons pas nous laisser faire après douze ans de procédure", déclare Claude Fouchard qui préside l'association des familles des victimes.

L'actu de votre région en vidéo

Côte-d'Or : privés d'eau, les habitants d'un immeuble ont recours au système D

Plus d'eau au robinet depuis le 27 juillet... Sept appartements d'une même résidence sont concernés. L'ancien propriétaire est parti en coupant le compteur. qui alimente ces appartements. Difficile à croire, mais il n'y a pas de compteur d'eau dans l'immeuble... Ils n'ont jamais été posés. La mairie de Beaune a décidé d'intervenir.

Caroline Jouret, Dalila Iberrakene, Gilles Parnaland et Chantal Gavignet

les + lus