publicité

Les tarifs du gaz baissent de 1,86% à partir du 1er février

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex-GDF Suez) à 6,4 millions de consommateurs en France, baisseront en moyenne de 1,86% hors taxes à partir du lundi 1er février 2016.

  • avec AFP
  • Publié le , mis à jour le

Il s'agit du cinquième mois consécutif de baisse des tarifs réglementés. Ceux-ci ont baissé en moyenne de 12,6% depuis le 1er janvier 2015, indique la Commission de régulation de l'énergie (CRE).
La baisse des tarifs est de :
  • 1,9% pour les foyers se chauffant au gaz
  • 0,6% pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson
  • 1,2% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude.
Les tarifs réglementés du gaz consistent en un prix de détail, qui n'inclut pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement d'Engie. Ils sont révisés mensuellement.

Comment s'explique cette baisse des tarifs ?

Cette nouvelle baisse répercute l'évolution à la baisse des coûts d'approvisionnement d'Engie, dans un contexte de chute des prix du gaz sur le marché de gros, dans le sillage du pétrole.
La baisse des tarifs "s'explique par la forte baisse des indices mensuels du prix à terme du gaz sur le marché de gros des Pays-Bas (principal indice de la formule tarifaire) et sur celui du marché français PEG Nord (Point d'échange de gaz Nord), pour le mois de février 2016 par rapport au mois de janvier 2016", précise la Commission de régulation de l'énergie.

Au 1er janvier 2016, les tarifs réglementés du gaz avaient baissé de 2%, et ce malgré la forte hausse à cette date de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN).

L'actu de votre région en vidéo

Côte-d'Or : privés d'eau, les habitants d'un immeuble ont recours au système D

Plus d'eau au robinet depuis le 27 juillet... Sept appartements d'une même résidence sont concernés. L'ancien propriétaire est parti en coupant le compteur. qui alimente ces appartements. Difficile à croire, mais il n'y a pas de compteur d'eau dans l'immeuble... Ils n'ont jamais été posés. La mairie de Beaune a décidé d'intervenir.

Caroline Jouret, Dalila Iberrakene, Gilles Parnaland et Chantal Gavignet

les + lus